530 morts par an à cause du NO2

Bruxelles, huitième ville européennes où le dioxyde d’azote est le plus meurtrier

Parmi 1000 villes européennes analysées, Bruxelles est la huitième où le taux de mortalité dû au dioxyde d’azote (NO2) est le plus élevé. C’est ce que nous montre une nouvelle étude menée par le Barcelona Institute for Global Health (ISGlobal) et publiée dans The Lancet Planetary Health.

A Bruxelles, près de 530 morts prématurées pourraient être évitées chaque année si le niveau de pollution au dioxyde d’azote y était similaire à celui des villes les plus propres d’Europe, comme Tromso en Norvège. En respectant les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ce ne sont que 20 morts prématurées par an qui pourraient être évitées.

Pierre Dornier, Président de l’asbl Les chercheurs d’air, a déclaré : “Cette étude montre clairement que même si les recommandations de l’OMS étaient respectées, des centaines de Bruxellois.e.s mourraient quand même prématurément à cause du dioxyde d’azote. Il est donc urgent d’abaisser les limites de pollution au NO2 et de mettre en place des contrôles efficaces pour s’assurer que ces seuils soient respectés.

Ugo Taddei, juriste à ClientEarth, a ajouté : « Cette étude est un autre rappel choquant des taux de mortalité stupéfiants liés à la pollution du trafic à Bruxelles. Plus alarmant encore, le réseau de surveillance de la qualité de l’air à Bruxelles est défectueux et sous-estime les niveaux réels de pollution dans la ville. Les effets sur la santé pourraient donc être encore plus graves que ce que l’étude révèle. C’est pourquoi ClientEarth poursuit une action en justice avec des résidents locaux pour exiger des autorités régionales qu’elles mesurent avec précision la pollution de l’air et adoptent un plan ambitieux, robuste et détaillé en matière de qualité de l’air. Nous espérons que la décision finale, qui sera rendue ce mois-ci, poussera le gouvernement bruxellois à prendre enfin les mesures nécessaires pour protéger les citoyens bruxellois de la pollution nocive le plus rapidement possible. »

La pollution de l’air au dioxyde d’azote est principalement émise par les moteurs thermiques. A Bruxelles 63% des émissions d’oxyde d’azote sont dues au trafic routier. Pour lutter efficacement contre ce polluant, il est nécessaire d’augmenter la part modale des déplacements à pied, à vélo et en transport en commun, de réduire le nombre des véhicules motorisés en ville et d’accélérer l’électrification des véhicules essentiels.

Pierre Dornier a conclu : “Des outils, comme la zone de basses-émission, existent déjà. Ils doivent être renforcés au plus vite. Bruxelles doit mettre en place une zone zéro-émission d’ici 2030, comme Paris, Amsterdam ou Rome. N’attendons pas jusqu’en 2035.

Contact :

Les chercheurs d’air
Pierre Dornier
pierre@leschercheursdair.be
0496 81 52 63

ClientEarth
Ugo Taddei
UTaddei@clientearth.org
02 808 4323


Zone zéro-émission d'ici 2030

Nous demandons que d’ici 2030 l’accès à la Région de Bruxelles-Capitale soit réservé aux véhicules zéro-émission, c’est-à-dire qui ne sont pas équipés d’un moteur thermique.


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici

La mise en place à Bruxelles de la zone de basses émissions (LEZ) à partir du 1er janvier 2018 a été un premier pas dans la bonne direction.

Mais comme l’a montré un premier bilan​, les émissions provenant des voitures belges en circulation dans la Région de Bruxelles Capitale n’ont diminué que de 4,7% pour les NOx et de 6,4% pour les PM2.5 entre juin et décembre 2018.

Ce n’est pas suffisant. A Madrid et à Londres, grâce à des LEZ bien plus ambitieuses, la pollution au NO2 a respectivement chuté jusqu’à 32% entre juin 2018 et juin 2019 et jusqu’à 44% entre février 2017 et janvier 2020. Une récente analyse de la zone de basse émission de Paris montre également qu’elle permet de lutter efficacement contre la pollution de l’air.

Londres : - 44% NO2
Madrid : - 32% NO2
Bruxelles : - 4,7% NOx

Etant donné que même les véhicules les plus propres émettent encore beaucoup de polluants et que les futures normes ne régleront pas tous les problèmes, les moteurs thermiques de doivent pas être une option. Cela vaut aussi pour les deux roues motorisés.

Certaines grandes ville européennes comme Amsterdam et Paris ont déjà décidé d’interdire progressivement les voitures essence et diesel entre 2024 et 2030. Bruxelles, capitale de la Belgique et de l’Union Européenne, doit montrer qu’elle aussi prend la santé de ses habitants au sérieux en mettant en place des mesures similaires.

En plus d’améliorer grandement la qualité de l’air que nous respirons, la disparition des véhicules thermiques permettrait de lutter efficacement contre le changement climatique et la pollution sonore.

Des alternatives aux véhicules thermiques existent : dans une ville comme Bruxelles la mobilité douce et/ou les transports publics et/ou les véhicules partagés permettent de se rendre partout.

Aussi, en augmentant l’espace réservé aux bus et aux trams (site propre), leur vitesse pourrait augmenter (16 km/h actuellement), ce qui les rendrait plus attractifs.

En parallèle les solutions de partage de voitures électriques doivent être soutenues afin de combler les vides laissés par le transport public.


Plus de place pour la mobilité active et partagée

Nous demandons que, d’ici 2025, au moins 60% de la voirie soit réservée à la mobilité active et aux transports publics.


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici

La mobilité active (marche et vélo) ou partagée (transports en commun, voitures partagées, trotinettes électriques partagées, etc.) est de plus en plus présente à Bruxelles. Depuis 2010 on constate un taux de croissance annuel moyen de 13% des déplacements à vélo. Côté transports publics, l’usage est aussi en forte croissance avec une hausse du nombre de voyages de 45,9% en 10 ans.

La voiture reste cependant le mode de déplacement privilégié des Bruxellois.e.s. Cette domination s’explique entre autres par le fait que plus de la moitié de la voirie, c’est-à-dire les rues et les parkings, est encore réservée à la voiture.


Utilisation des modes de transport à Bruxelles

Voiture

Marche

Métro/tram/bus

Vélo


Afin de favoriser la mobilité active et les déplacements en transport public, il faut leur donner plus de place.

Cela permettrait aux cyclistes, grâce à des pistes cyclables séparées, de pouvoir se déplacer rapidement et en toute sécurité, ce qui augmenterait de manière significative la popularité de ce mode de déplacement.

Aussi, en augmentant l’espace réservé aux bus et aux trams (site propre), leur vitesse pourrait augmenter (16 km/h actuellement).


Motorisation zéro-émission pour les "grands rouleurs”

Nous demandons donc qu’à Bruxelles les taxis, Uber, et les camionnettes soient zéro-émission d’ici 2025, et que les camions de plus de 3,5 tonnes et les bus en fassent de même d’ici 2030.


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici

Certains véhicules, comme les camions de livraison, les bus ou encore les taxis/Uber, parcourent plus de 100 kilomètres en ville chaque jour. Nous les appelons les “grands rouleurs”.

En 2018 les camions de plus de 3,5 tonnes par exemple ont parcouru environ 60 millions de kilomètres dans la région bruxelloise ! La même année les bus de la STIB ont parcouru 25 millions de kilomètres et les chauffeurs Uber 31 000 km.


60,000,000km

25,000,000km

31,000km


Transport de marchandises

Le secteur le plus problématique est celui du transport de marchandises. A Bruxelles les camions et les camionnettes utilisées pour les livraisons représentent 14 % du trafic routier mais sont responsables de 31 % des émissions de NOx et 33% des émissions de particules fines de ce même trafic routier. Cette pollution nous coûte 50 000 € par jour, essentiellement en frais de santé.

Optimiser les trajets en favorisant les points de redistribution situés en bordure de ville, comme City Depot, ainsi qu’en incitant, en ville, la livraison en point de collecte, permettrait d’économiser des millions de kilomètres. Chaque fois que c’est possible il faut également privilégier les livraison par voie fluviale, par chemin de fer ou à vélo.

Enfin, il est essentiel que les camions et les camionettes qui ne peuvent pas être supprimés soient alors zéro-émission. Des camions électriques sont déjà disponibles et seront moins chers que les diesels dans les années à venir.

Taxis et LVC

Les taxis et les plateformes LVC (Location de Voiture avec Chauffeur) comme Uber et Heetch sont également très polluants du fait de la grande distance qu’ils parcourent en ville avec des véhicules très majoritairement essence et diesel.

Il n’y a à Bruxelles qu’une cinquataine de taxi électriques et il semble que les véhicules électriques LVC puissent se compter sur les doigts d’une main.

Uber s’est engagé à ce que 50% des kilomètres parcourus par ses chauffeurs à Paris, Londres, Berlin, Amsterdam, Lisbonne, Madrid et Bruxelles soient électriques d’ici 2025. C’est un premier pas dans la bonne direction mais ce n’est pas suffisant. Tous les véhicules qui roulent pour Uber doivent être 100% électriques d’ici 2025, dans chacune de ces capitales, comme c’est déjà prévu pour Londres. Il doit en aller de même pour les taxis.

Afin de réduire le nombre de véhicules dans nos rues il faut également que les taxis et véhicules LVC puissent facilement être partagés, ce qui n’est, pour le moment, pas autorisé.

Bus

La ville de Milan s’est engagée à avoir une flotte de bus 100% électrique d’ici 2030. Bruxelles doit suivre cet exemple. Il est également essentiel d’augmenter l’espace réservé aux bus et aux trams (site propre) afin que leur vitesse augmente (elle est de 16 km/h actuellement) et que leur taux d’utilisation soit boosté.

En parallèle les solutions de partage de voitures électriques doivent être soutenues afin de combler les vides laissés par le transport public.


La pollution a coûté 1.600.000.000€ à Bruxelles en 2018

La pollution de l’air a coûté plus d’un milliard d’euros aux Bruxellois.e.s en 2018

En 2018 chaque Bruxellois.e a perdu en moyenne 1 395€ à cause de la pollution de l’air, montre une nouvelle étude commandée par l’Alliance Européenne pour la Santé Publique (EPHA).

L’étude a calculé les coûts sanitaires de la pollution atmosphérique dans 432 villes européennes, dont Bruxelles. Ces coûts se divisent en deux catégories :

  • les dépenses directes, par exemple une hospitalisation suite à un accident cardiovasculaire provoqué par la pollution de l’air;
  • les dépenses indirectes, par exemple la contribution moindre à l’activité économique du pays des personnes souffrant de difficultés respiratoires chroniques liées à la pollution de l’air.

Pierre Dornier, Président de l’asbl Les chercheurs d’air, a déclaré “La pollution de l’air coûte très cher, littéralement, aux Bruxellois.e.s. Elle entraîne traitements, hospitalisations, journées de travail perdues, décès prématurés, autant de sources de dépense pour les malades mais également pour le reste des contribuables. Lutter contre la pollution de l’air c’est lutter pour une économie en meilleure santé.

A Bruxelles, la pollution de l’air est principalement émise par le trafic routier et le chauffage. Il est donc essentiel de

  • rendre la mobilité bruxelloise plus propre, entre autres en réservant plus d’espace à la mobilité active et aux transports en commun, ainsi qu’en instaurant une zone zéro-émission d’ici 2030 au plus tard.
  • mieux isoler les bâtiments résidentiels et tertiaires et utiliser des énergies de chauffage décarbonées.

La lutte contre la pollution de l’air est d’autant plus urgente qu’en plus de renforcer l’économie du pays, elle permettrait aussi de mieux se protéger du Coronavirus. Plusieurs études récentes ont en effet montré qu’il existe des liens entre l’exposition à la pollution de l’air et le taux de mortalité du COVID-19.

Sascha Marschang, Secrétaire général par intérim de l’EPHA a déclaré “Cette étude montre à nouveau que lutter contre la pollution de l’air permet d’améliorer la qualité de vie dans les villes européennes, d’un point de vue économique comme sanitaire. La pandémie de COVID-19 nous le rappelle. Moins de pollution de l’air, c’est être en meilleure santé, et donc réduire les risques de mourir du Coronavirus.

 

Contact :

Les chercheurs d’air
Pierre Dornier
pierre@leschercheursdair.be
0496 81 52 63

EPHA
Zoltán Massay-Kosubek
Policy Manager for Clean Air and Sustainable Mobility
zoltan@epha.org
0499 43 04 68


Attention au retour de la pollution

La pollution de l’air due au trafic routier pourrait augmenter jusqu’à 27% à Bruxelles après des décennies d’amélioration

Les villes européennes risquent de connaître une pollution atmosphérique plus importante qu’avant la pandémie de coronavirus, car l’utilisation de la voiture augmente à nouveau. Cette tendance est également évidente dans les villes belges.

14 octobre 2020 – Une nouvelle analyse montre comment l’utilisation accrue de la voiture après le confinement pourrait accroître les émissions de la circulation routière de plus d’un quart, si les gens choisissent la voiture plutôt que les transports publics ou d’autres solutions plus propres. Greenpeace et Les Chercheurs d’Air demandent aux autorités publiques de poursuivre la mise en œuvre de certaines mesures adoptées pendant la pandémie comme l’aménagement de pistes cyclables et de plus d’espace pour les piétons.

A Bruxelles, les émissions totales d’oxyde d’azote (NOx) du trafic routier augmenteraient de 5 % si les gens conduisaient 10 % de plus en voiture qu’avant la pandémie. Et les émissions de NOx pourraient être jusqu’à 24 % plus élevées si les gens utilisent leur voiture 50 % de plus, selon une nouvelle analyse commandée par Transport & Environnement (T&E). Selon Bruxelles Environnement, le trafic routier est la principale source d’émissions de NOx dans les villes européennes.

Les particules fines (PM2.5) provenant des véhicules pourraient augmenter jusqu’à 6 % si les voitures parcourent 10 % de kilomètres en plus, et de 31 % si elles en parcourent 50 % de plus. Les particules peuvent pénétrer profondément dans les poumons et être absorbées dans le sang, et ainsi renforcer des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et le cancer du poumon.

Selon les données, la réduction de la pollution atmosphérique observée dans la plupart des villes européennes depuis le début de la pandémie pourrait bientôt laisser place à un rebond des émissions toxiques provenant de la circulation automobile. Comme de nombreuses personnes évitent les transports publics par peur du coronavirus, la congestion est actuellement en augmentation dans la plupart des villes et pourrait entraîner des émissions dues à la circulation qui dépassent même les niveaux d’avant la crise.[1]

« Les données TomTom montrent qu’à Bruxelles, mais aussi à Gand et à Charleroi, il y a déjà plus de circulation automobile qu’avant le confinement. À Anvers et à Liège aussi, la tendance va dans ce sens. C’est très alarmant, surtout si l’on considère l’impact négatif sur la santé en combinaison avec l’actuelle pandémie de corona« , déclare Elodie Mertz de Greenpeace.

Une nouvelle augmentation des émissions de NOx et de PM2.5 due à la circulation serait une mauvaise nouvelle pour les villes qui présentaient déjà des niveaux dangereux de pollution atmosphérique avant la pandémie et qui, dans de nombreux cas, sont à nouveau confrontées à des niveaux de pollution proches ou supérieurs aux limites légales de l’Union européenne.

En outre, comme il est peu probable que cette pollution se répande uniformément dans les villes, elle exacerbera probablement les inégalités en matière d’exposition à la pollution atmosphérique pour les habitants des communautés les plus défavorisées.

« Nous sommes face à un potentiel effet tsunami : la pollution de l’air a fortement reculé pendant le confinement et elle risque maintenant de revenir frapper nos villes encore plus durement qu’avant. Tout doit être fait pour empêcher cette vague toxique de se former. Elle nous rendrait encore plus vulnérables au Coronavirus.« , explique Pierre Dornier des Chercheurs d’Air.

De nombreuses solutions sont disponibles pour contrer ce retour en force de la pollution. Les villes devraient rendre permanentes certaines nouvelles mesures adoptées pendant la pandémie, telles que les pistes cyclables aménagées et plus d’espace pour les piétons. Il est également temps d’intensifier, et non d’éliminer, les zones à faibles émissions, afin de mettre le cap sur un air réellement sain à respirer. Cela nécessite l’introduction de zones zéro émissions d’ici 2030 au plus tard.

« La pollution de l’air et le coronavirus sont un cocktail très dangereux que nous devons combattre. Des solutions, telles que la mobilité active et le transport électrique, sont disponibles. Il est maintenant urgent d’accélérer leur déploiement.« , conclut Elodie Mertz.

Notes: 

[1] Pour les chiffres actuels par ville, veuillez consulter le classement de TomTom sur les embouteillages : https://www.tomtom.com/en_gb/traffic-index/ranking/


12 mois de mesures citoyennes contre la pollution de l’air à Bruxelles

NL / EN

12 mois de mesures citoyennes contre la pollution de l’air à Bruxelles

L’asbl Les chercheurs d’air, avec le soutien de Bruxelles Environnement, du Ministre Bruxellois de l’Environnement Alain Maron, de la fondation Bloomberg Philanthropies et de 17 communes [1] de la Région Bruxelloise, lance aujourd’hui une nouvelle campagne de science collaborative pour identifier et combattre les zones très polluées de la capitale.

Dans le cadre de cette campagne, les Bruxellois.e.s sont invité.e.s à mesurer gratuitement, d’octobre 2020 à octobre 2021, les concentrations en dioxyde d’azote (NO2) devant chez eux/elles. Les participant.e.s pourront ainsi connaître la qualité de l’air qu’ils/elles respirent au cours d’une année.

A l’échelle européenne, l’ampleur de ce projet est inédit : ce sera en effet la première fois qu’un projet de mesure du NO2 par des citoyen.ne.s durera aussi longtemps (12 mois).

Pierre Dornier, fondateur et président de l’asbl Les chercheurs d’air, a déclaré : “Comme nous l’a montré la pandémie de COVID-19, il est très difficile de lutter contre ce qu’on ne voit pas. Rendre la pollution de l’air visible, c’est la rendre vulnérable. De grands efforts doivent donc être faits en ce sens pour améliorer durablement la qualité de l’air à Bruxelles.

Alain Maron, Ministre bruxellois de l’Environnement, a déclaré : “La pollution de l’air est un vrai problème de santé publique, dont le Gouvernement bruxellois veut se saisir à bras le corps. Outre le renforcement du réseau de mesure officiel de la qualité de l’air, sur lequel nous travaillons, soutenir des initiatives citoyennes de ce type nous semble crucial. En étudiant de manière plus approfondie la pollution de l’air respirée dans une série de lieux sensibles de la Région, ce projet doit nous permettre d’informer nos décisions politiques, tout en sensibilisant les bruxellois à cette problématique importante.”

Antha Williams, Directrice des Programmes Environnement à Bloomberg Philanthropies, a déclaré: “La pandémie de COVID-19 nous a montré non seulement le besoin urgent d’améliorer la qualité de l’air, mais également la faculté qu’ont les citoyen.ne.s et les communautés à se protéger mutuellement et à travailler ensemble pour atteindre un objectif commun. Nous sommes ravis de soutenir ce projet qui met en avant une action collective visant à sensibiliser le grand public à la problématique de la pollution de l’air afin d’apporter un véritable changement.”

En plus des 50 citoyen.ne.s qui seront sélectionnés pour participer au projet, plus de 60 écoles de la Région de Bruxelles-Capitale prendront également part à la campagne en faisant les mesures dans leur cour de récréation.

Pierre Dornier a rajouté : “La pollution de l’air est susceptible de provoquer des maladies chroniques chez les enfants car leur organisme n’est pas encore mature. Laisser un enfant respirer un air pollué, c’est comme le laisser boire de l’alcool ou fumer des cigarettes, c’est inacceptable. Tout doit être fait pour leur garantir un air sain sans plus attendre.

Les données collectées au cours de ce projet seront analysées par un laboratoire indépendant et permettront d’identifier et de cartographier des zones dans lesquelles la pollution dépasserait les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et où des actions devraient être mise en place en priorité.

En Belgique, la pollution de l’air est un véritable problème sanitaire. Selon un récent rapport de l’Agence européenne de l’Environnement, celle-ci serait à l’origine de 9.380 décès prématurés par an. En 2016 le dioxyde d’azote aurait été responsable de 1 600 décès prématurés dans notre pays. Comme le démontrent de nombreuses études, la pollution de l’air a des effets particulièrement néfastes sur la santé des enfants : affaiblissement de la fonction pulmonaire, multiplication des cas d’asthme et de bronchite chronique, augmentation du risque d’obésité, de diabète, de troubles neurologiques et de dépression.

 

Notes

[1] Les communes suivante soutiennent la campagne en permettant à une ou plusieurs écoles de prendre part aux mesures : Anderlecht (1 école), Auderghem (4 écoles), Berchem-Sainte-Agathe (5 écoles), Bruxelles (6 écoles), Etterbeek (2 écoles), Forest (1 école), Ganshoren (2 écoles), Ixelles (5 écoles), Jette (10 écoles), Koekelberg (2 écoles), Molenbeek (nombre d’écoles à préciser), Saint-Gilles (4 écoles), Saint-Josse (2 écoles), Schaerbeek (1 école), Uccle (1 école), Watermael-Boitsfort (1 école) et Woluwe-Saint-Pierre (9 écoles). La communes d’Ixelles financera également l’installation de tube NO2 sur les résidences Jean Van Aa et Les heures douces, et celle de Saint-Gilles sur la crèche Ketje, le centre culturel Jacques Franck, la maison de l’emploi et la piscine Victor Boin.

 

Pour plus d’information :

Pierre Dornier

Les chercheurs d’air

pierre@leschercheursdair.be

+32 496 81 52 63

 

Pascal Devos

Cabinet du Ministre bruxellois Alain Maron, en charge de l’Environnement

pdevos@gov.brussels

+32 478 34 23 77


Burgers meten 12 maanden de luchtvervuiling in Brussel

De vzw De Luchtzoekers lanceert vandaag met de steun van Leefmilieu Brussel, Brussels minister van Leefmilieu Alain Maron, de stichting Bloomberg Philanthropies en 17 gemeenten [1] van het Brussels Gewest een nieuwe campagne voor wetenschappelijke samenwerking om na te gaan welke de sterk vervuilde delen van de hoofdstad zijn en daar iets aan te doen.

In het kader van deze campagne worden de Brusselaars opgeroepen om van oktober 2020 tot oktober 2021 gratis de concentraties stikstofdioxide (NO2) voor hun woning te meten. Op die manier komen de deelne(e)m(st)ers meer te weten over de kwaliteit van de lucht die ze in de loop van een jaar inademen.

Op Europese schaal is dit een project van ongeziene omvang: het zal immers de eerste keer zijn dat een project voor NO2-meting door de bevolking zo lang zal duren (12 maanden).

Pierre Dornier, oprichter en voorzitter van de vzw De Luchtzoekers, verklaart: “Zoals de COVID-19-pandemie heeft aangetoond, is het heel moeilijk om te strijden tegen iets wat we niet zien. Door de luchtvervuiling zichtbaar te maken, maken we ze ook kwetsbaar. Er moeten dus grote inspanningen worden geleverd om de luchtkwaliteit in Brussel op duurzame wijze te verbeteren.

Alain Maron, Brussels minister van Leefmilieu, stelt: “De luchtvervuiling vormt een groot probleem voor de volksgezondheid en de Brusselse Regering wil daar absoluut iets aan doen. Wij werken momenteel aan het versterken van het officiële meetnetwerk van de luchtkwaliteit, maar daarnaast vinden we het ook van groot belang om dergelijke burgerinitiatieven te ondersteunen. Door de luchtvervuiling op een aantal gevoelige plaatsen in het gewest grondiger te onderzoeken, moet dit project ons in staat stellen onze politieke beslissingen te onderbouwen en tegelijk de Brusselaars sensibiliseren voor deze belangrijke problematiek.”

Antha Williams, Directrice Milieuprogramma’s bij Bloomberg Philanthropies, verklaart: “De COVID-19-pandemie heeft ons niet alleen getoond hoe belangrijk het is om gezonde lucht te kunnen inademen, maar ook hoezeer de burgers en de gemeenschappen in staat zijn om elkaar te beschermen en samen te werken aan een gemeenschappelijk doel. We zijn heel blij dat we steun kunnen bieden aan dit project dat collectieve actie vooropzet om het brede publiek te sensibiliseren voor de problematiek van de luchtvervuiling en tot concrete veranderingen te komen.”

Bovenop de 50 burgers die zullen worden geselecteerd om deel te nemen aan het project, werken ook meer dan 60 scholen uit het Brussels Hoofdstedelijk Gewest mee aan deze campagne door metingen uit te voeren op hun speelplaats.

Pierre Dornier voegt er nog aan toe: “De luchtvervuiling kan bij kinderen chronische ziekten veroorzaken, omdat hun lichaam nog niet volgroeid is. Een kind vervuilde lucht laten inademen, is net als een kind alcohol laten drinken of sigaretten laten roken – dat is onaanvaardbaar. We moeten alles in het werk stellen om hun zo snel mogelijk een gezonde lucht te garanderen.

De gegevens die tijdens dit project zullen worden ingezameld, zullen worden geanalyseerd door een onafhankelijk laboratorium en moeten het mogelijk maken om de plaatsen vast te stellen en in kaart te brengen waar de vervuiling hoger ligt dan de aanbevelingen van de Wereldgezondheidsorganisatie (WHO) en waar het eerst actie moet worden ondernomen.

In België vormt de luchtvervuiling een groot probleem voor de volksgezondheid. Volgens een recent rapport van het Europees Milieuagentschap zou zij 9.380 vroegtijdige overlijdens per jaar veroorzaken. In 2016 zou stikstofdioxide verantwoordelijk zijn geweest voor 1 600 vroegtijdige overlijdens in ons land. Zoals blijkt uit een groot aantal studies heeft de luchtvervuiling bijzonder schadelijke gevolgen voor de gezondheid van kinderen: verminderde longfunctie, meer gevallen van astma en chronische bronchitis, verhoogd risico van obesitas, diabetes, neurologische aandoeningen en depressie.

 

Voetnoten

[1] De volgende gemeenten steunen de campagne door een of meer scholen te laten deelnemen aan het project: Anderlecht (1 school), Brussel (6 scholen), Elsene (5 scholen), Etterbeek (2 scholen), Ganshoren (2 scholen), Jette (10 scholen), Koekelberg (2 scholen), Molenbeek (aantal scholen nog mee te delen), Oudergem (4 scholen), Schaarbeek (1 school), Sint-Agatha-Berchem (5 scholen), Sint-Gillis (4 scholen), Sint-Joost-ten-Node (2 scholen), Sint-Pieters-Woluwe (9 scholen), Ukkel (1 school), Vorst (1 school) en Watermaal-Bosvoorde (1 school). De gemeente Elsene zal ook de plaatsing van de NO2-buisjes op de residenties Jean Van Aa en Uren van Geluk financieren en de gemeente Sint-Gillis die op de crèche Ketje, het Cultureel Centrum Jacques Franck, het Jobhuis en het zwembad Victor Boin.

 

Inlichtingen:

Pierre Dornier

De Luchtzoekers

pierre@leschercheursdair.be

+32 496 81 52 63

 

Pascal Devos

Kabinet van Brussels Minister Alain Maron, bevoegd voor Leefmilieu

pdevos@gov.brussels

+32 478 34 23 77


12 months of citizen science to tackle air pollution in Brussels

NGO Les Chercheurs d’Air, with the support of Brussels Environment, the Brussels Minister for the Environment Alain Maron, Bloomberg Philanthropies and 17 municipalities [1] of the Brussels-Capital Region, is launching today a new collaborative science campaign to identify and tackle highly polluted areas of the capital.

As part of this campaign, Brussels citizens are invited to measure the concentrations of nitrogen dioxide (NO2) at their homes from October 2020 to October 2021 and this free of charge. Participants will be able to learn more about the quality of the air they breathe over the course of a year.

In Europe, the scale of this project is unprecedented: it will be the first time that a citizen science project will measure NO2 over that extended period of time (12 months).

Pierre Dornier, founder and president of Les Chercheurs d’air, said: “As the COVID-19 pandemic has shown us, it is very difficult to fight something that we cannot see. Making air pollution visible is making it vulnerable and giving us a better chance to fight it. Greater efforts must be made to sustainably improve the quality of the air in Brussels.

Alain Maron, Brussels Minister for the Environment, said: “Air pollution is a real public health problem, which the Brussels Government wants to tackle head on. In addition to strengthening the official air quality measurement network, on which we are working, supporting citizens’ initiatives of this type seems crucial to us. By studying the air pollution in more depth in sensitive places in the Region, this project will inform our political decisions, while making Brussels residents aware of this important issue.

Antha Williams, Head of Environment Programs at Bloomberg Philanthropies, said: “The COVID-19 pandemic has shown us not only the urgent need for clean air, but also the capacity for citizens and communities to protect each other and work together towards a common goal. We’re thrilled to support this project that harnesses the power of collective action to raise awareness around air pollution and effect real change.”

In addition to the 50 citizens who will be selected to participate in the project, more than 60 schools in the Brussels-Capital Region will also take part in the campaign by taking measurements in their playground.

Pierre Dornier added: “Air pollution can cause chronic diseases in children because their bodies are not yet mature. Letting a child breathe polluted air is like letting him drink alcohol or smoke cigarettes, it is unacceptable. Everything must be done to guarantee them healthy air without further delay.

The data collected during this project will be analyzed by an independent laboratory and will identify and map areas in which pollution exceeds World Health Organization (WHO) limits and where actions should be taken.

In Belgium, air pollution is a real health issue. According to a recent report from the European Environment Agency, it is the cause of 9,380 premature deaths per year. In 2016 nitrogen dioxide was responsible for 1,600 premature deaths in the country. As numerous studies show, air pollution has particularly harmful effects on public health: weakening of lung function, increased cases of asthma and chronic bronchitis, increased risk of obesity, diabetes, neurological disorders and depression.

 

Notes

[1] The following municipalities support the campaign by allowing one or more schools to take part to measurements : Anderlecht (1 school), Auderghem (4 schools), Berchem-Sainte-Agathe (5 schools), Brussels (6 schools), Etterbeek (2 schools), Forest (1 school), Ganshoren (2 schools), Ixelles (5 schools), Jette (10 schools), Koekelberg (2 schools), Molenbeek (number of schools to be confirmed), Saint-Gilles (4 schools), Saint-Josse (2 schools), Schaerbeek (1 school), Uccle (1 school), Watermael-Boitsfort (1 school) and Woluwe-Saint-Pierre (9 schools). Ixelles is also going to pay to install NO2 tubes on retirement homes Jean Van Aa and Les heures douces, and Saint-Gilles on crèche Ketje, cultural center Jacques Franck, the job center (maison de l’emploi) and swimming pool Victor Boin.

 

For more information:

Pierre Dornier

Les chercheurs d’air

pierre@leschercheursdair.be

+32 496 81 52 63

 

Pascal Devos

Cabinet du Ministre bruxellois Alain Maron, en charge de l’Environnement

pdevos@gov.brussels

+32 478 34 23 77


Les Bruxellois.e.s ne veulent plus de pollution

Sondage - Les Bruxellois.e.s ne veulent plus de voitures polluantes en ville

Nederlands

Un nouveau sondage YouGov [1] montre que 77% [2] des Bruxellois.e.s ont ressenti une amélioration de la qualité de l’air pendant le confinement et ne veulent pas retourner aux niveaux de pollution antérieurs à la crise. Pour éviter de retomber dans cette situation 74% [3] des Bruxellois.e.s soutiendraient des mesures contre la pollution qui incluent l’interdiction des voitures polluantes en ville.

 

 

Elodie Mertz, experte Mobilité chez Greenpeace, explique : “le trafic routier est la principale source de pollution au dioxyde d’azote (NO2) à Bruxelles et même les voitures thermiques les plus propres émettent encore beaucoup de polluants. Il est donc urgent d’en interdire l’accès en ville, étape par étape, en tenant compte de l’impact que cette mesure aura sur certains groupes vulnérables. Il est aussi important de renforcer les alternatives comme la marche, le vélo et les transports en commun”.

Alors que des villes comme Paris et Amsterdam ont prévu de réserver leurs rues à la mobilité active, aux transports publics et aux véhicules zéro-émission d’ici 2030, la Région bruxelloise prévoit d’autoriser les voitures thermiques à circuler sur son territoire jusqu’en 2035 !

Pierre Dornier, membre du collectif citoyen Les chercheurs d’air déclare “Certains pensaient que la mise en place d’une zone zéro-émission était une idée impopulaire. C’est faux. Les Bruxellois.e.s veulent respirer un air sain. N’attendons pas 15 ans de plus pour leur accorder ce droit fondamental.

Le sondage révèle également que pour lutter contre la pollution de l’air 66% [4] des Bruxellois.e.s veulent des mesures qui incluent la redistribution de l’espace public en faveur des piéton.ne.s, cyclistes et transports publics.

 

 

À Bruxelles la voiture occupe encore plus de la moitié de la voirie (rues et parkings), ce qui limite le développement de la mobilité active (marche et vélo) et des transports en commun de surface (bus et trams), des modes de déplacement pourtant bien plus respectueux de notre environnement.

Les aménagements temporaires qui ont vu le jour à Bruxelles afin d’autoriser le déconfinement tout en limitant un retour de la pollution de l’air doivent donc non seulement être multipliés mais également pérennisés.

Pierre Dornier ajoute “La voiture urbaine est un objet du passé. Les Bruxellois.e.s en on marre de la pollution, du bruit, de la congestion et des accidents. Il est du devoir des élu.e.s de les écouter et de donner plus de place à la mobilité active et partagée.”

 

Contacts :

Pierre Dornier

Les chercheurs d’air

pierre@leschercheursdair.be

0496 81 52 63

 

Notes :

[1] Tous les chiffres, sauf si précisé autrement, sont de YouGov Plc. L’échantillon total de ce sondage est composé de 7 545 adultes vivant en zone métropolitaine à Barcelone, Madrid, Rome, Milan, Paris, Marseille, Lille, Lyon, Toulouse, Nice, Berlin, Hambourg, Cologne, Francfort, Munich, Grand Londres, Grand Manchester, Birmingham, Leeds et Glasgow, ainsi qu’en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles. Le sondage a été effectué entre le 14 et le 21 mai 2020, en ligne, parmi des personnes qui sont principalement de certaines zones urbaines. Les chiffres ont été pondérés en fonction de chaque zone métropolitaine afin de produire des valeurs moyennes. Tous les résultats peuvent être consultés ici.

[2] 8% n’ont pas ressenti une diminution de la pollution de l’air et veulent retourner à des niveaux de pollution pré confinement. 4% sont sans avis et 11% sont indifférent.e.s

[3] 4% sont contre, 2% sont sans avis et 20% sont indifférent.e.s

[4] 9% sont contre, 2% sont sans avis et 23% sont indifférent.e.s


5 stratégies pour moins de pollution

Combattre le coronavirus c’est aussi combattre la pollution de l’air.

Et vice versa.

Cette carte blanche a d’abord été publiée par Le Soir

Les autorités à travers l’Europe se préparent à une levée progressive du confinement, une opportunité en or pour améliorer la mobilité urbaine de demain. Les décisions qui seront prises dans les semaines à venir ont le potentiel de rendre nos villes plus vertes, moins bruyantes et plus saines. Mais ces décisions doivent être ambitieuses. La récente baisse de la pollution de l’air deviendra sinon vite un lointain souvenir voilé par le retour des fumées toxiques. C’est malheureusement ce que l’on observe déjà en Chine, où les habitants préfèrent leur voiture aux transports publics. Ce risque est particulièrement inquiétant car il est probable que la pollution de l’air nous rende plus vulnérables au coronavirus. Lutter contre la pollution de l’air c’est lutter contre le coronavirus et les autres maladies respiratoires.

Les villes n’ont pas besoin de réinventer la roue pour que la pollution de l’air reste faible

Chaque crise contient une opportunité : des recherches montrent que nous changeons plus facilement nos habitudes de mobilité lorsque nous vivons des situations marquantes. C’est par exemple ce qui s’est passé en France en décembre 2019 lors des grèves qui ont converti grand nombre de citadins au vélo. La sortie du confinement va donc très certainement s’accompagner de nouvelles habitudes de déplacement. Beaucoup de villes à travers le monde l’ont bien compris et ont commencé à repenser leur espace pour donner toutes ses chance à une mobilité plus propre de se développer et de s’ancrer.

Heureusement, aucune ville n’aura besoin de réinventer la roue pour que les émissions de dioxyde d’azote restent faibles une fois le confinement terminé. Il existe une multitude d’exemples dont les villes peuvent s’inspirer. Certains remontent jusqu’aux chocs pétroliers des années 1970 lorsque les villes néerlandaises se sont lancées dans une refonte totale de leur mobilité, si bien qu’elles font désormais partie des villes les plus agréables du monde.

On relève au moins cinq stratégies dont il a été prouvé qu’elles permettent de lutter contre la pollution de l’air et le changement climatique, ainsi que de préparer un avenir zéro-émission comme fixé par le Green Deal Européen et déjà en cours d’adoption dans plusieurs grandes villes.

En luttant contre la pollution de l’air ces cinq stratégies permettent également de lutter contre le Coronavirus.

Cinq stratégies pour un air plus propre

Tout d’abord, le partage de l’espace urbain doit être repensé. Multiplier le nombre de pistes cyclables et élargir les trottoirs favorisera la mobilité active, et donc non polluante, tout en facilitant la “distanciation physique”. Comme l’a montré une étude réalisée par l’ANSES l’année dernière, réduire le trafic automobile est également indispensable à une baisse rapide de la pollution. Il faut donc aussi piétonniser le plus d’espace possible (rues, places, berges, etc.).

Cette première stratégie est suivie par exemple par la région bruxelloise qui est en train de transformer le centre-ville en zones résidentielles donnant la priorité aux piétons et aux cyclistes sur les voitures, et qui va mettre en place 40 km de pistes cyclables supplémentaires. La Région Ile de France va elle investir 300 millions d’Euros pour mettre en place un réseau de 680 km de pistes cyclables dont certaines devraient voir le jour très rapidement grâce à l’ “urbanisme tactique”. C’est aussi le cas à Berlin, qui a créé de nouvelles piste cyclables “pop-up”, à Cracovie, qui prévoit d’étendre son infrastructure cyclable et d’élargir les trottoirs, à Vilnius, qui va faire de son centre-ville un grand café à ciel ouvert, et à Bruxelles.Dublin a par ailleurs commencé à retirer provisoirement des places de stationnement pour accroître la sécurité des pistes cyclables et assurer une “distanciation physique”.

Deuxièmement, ces refontes de l’espace urbain fonctionneront uniquement si l’usage des transports publics, dont il a été prouvé qu’ils contribuent à lutter contre la pollution de l’air, est encouragé. C’est actuellement un grand défi car, la population évitant les espaces exigus, le secteur traverse une période difficile. A Londres, la baisse de fréquentation atteint 80 % pour les bus et jusqu’à 92 % pour le métro. En Allemagne, des experts en mobilité s’attendent à ce qu’il y ait, dans le pire des cas, une réduction de 50 % de l’utilisation des transports publics à l’horizon 2023. Tout doit être mis en place pour que ce rejet du transport public, quelque soit son intensité, ne débouche pas sur une augmentation de l’utilisation de la voiture individuelle.

Des mesures doivent être prises immédiatement, et certaines sont déjà déployées, pour que bus, trams et métros ne soient pas vecteur du virus : nettoyage en profondeur des véhicules, mise à disposition de désinfectant, marquage au sol et des sièges pour inciter à la distanciation. L’utilisation de tickets électroniques permettraient de réduire les points de contact physique et faciliteraient l’information des usagers en temps réel.

Ces arrangements temporaires devront être suivis d’améliorations durables pour encourager l’utilisation des transports en commun. La promiscuité qui caractérise certaines lignes est inacceptable et représente un danger pour la santé publique. Plus d’espace doit être donné aux utilisateurs en étoffant le réseau et en augmentant les fréquences. Aussi, de 16km/h actuellement, la vitesse des bus doit être augmentée grâce à des voies dédiées.

Afin de créer de nouveaux emplois et de lutter encore plus efficacement contre la pollution de l’air, il est également essentiel d’électrifier les flotte de bus. Cela rendra aussi ces derniers plus attrayants, comme le montre un rapport d’après lequel 93 % des usagers parisien pensent que la transition vers des modèles électriques montre que l’exploitant des bus se soucie de sa clientèle.

Troisièmement, les horaires des écoliers comme des travailleurs doivent être assouplis afin d’aplanir les heures de pointe et ainsi éviter que trop de monde ne prenne les transports en commun au même moment. Les nouvelles habitudes comme le télétravail doivent dans la mesure du possible être prolongées afin de réduire le besoin de se déplacer chaque jour sur son lieu de travail. Un jour de télétravail par semaine fait baisser de 20 % les déplacements domicile-travail. Un récent sondage montre que 96% des Belges sont d’accord d’intégrer le télétravail dans leur vie professionnelle.

Nous disposons des outils pour mettre le cap sur une mobilité zéro-émission dès maintenant

Il est désormais temps d’interdire les véhicules thermiques en ville. Les zones de basses émissions se sont avérées être de puissants leviers pour accélérer l’adoption de voitures moins polluantes et ainsi lutter efficacement contre la pollution de l’air. Il a été prouvé, notamment à Londres, Madrid et Paris, que les concentrations de dioxyde d’azote (NO2) peuvent être rapidement réduites de 30 %. Or, en raison de la crise actuelle, plusieurs ville, notamment Bruxelles, Milan et Londres, ont décidé de suspendre des zones de basses émissions existantes ou de retarder la mise en place de nouvelles zones afin d’aider les professionnels de la santé et les livraisons essentielles. Si de telles décisions sont justifiées du fait de la situation exceptionnelle que nous connaissons, elles ne doivent être que temporaires. Les zones de basses émissions mises entre parenthèses doivent être réactivées dès que possible et devenir, au plus vite, des zones zéro émission. Plusieurs grandes villes européennes ont déjà pris cette direction. Les autres doivent suivre.

Des alternatives aux moteurs à combustion, très polluants, sont désormais disponibles et sont de plus en plus abordables. Les ventes de voitures électriques particulières ont atteint des niveaux sans précédent au cours des premiers mois de 2020, atteignant le chiffre impressionnant de 10 % (contre 3 % il y a seulement quelques mois). Les bus électriques sont également de plus en plus nombreux dans les rues européennes et contribuent à réduire les frais de nos systèmes de mobilité. La crise actuelle est une occasion unique pour les nombreuses villes qui le désirent de bannir les véhicules diesel, essence et gaz de leurs rues.

Le tout est plus que la somme de ses parties

Enfin, si ces stratégies sont associées à des services de partage de véhicules zéro-émission à la demande, nous faisons un pas de plus vers le « paradis du transport ». Transport & Environment a montré l’intérêt de telles combinaisons qui permettent de réduire jusqu’à 60 % la distance parcourue par les voitures en ville. Mais cela signifie également que les véhicules à kilométrage élevé comme les taxis, les voitures roulant pour Uber et Heetch ou encore les véhicules de livraison, devront rapidement se tourner vers la mobilité électrique. Par ailleurs, les nouveaux services qui viendraient s’ajouter à l’offre de la mobilité urbaine doivent compléter, et non remplacer les transports publics, par exemple en proposant des prix plus avantageux sur les services de transport pour certains trajets, comme cela a été mis en place, la nuit, dans la ville de Nice.

Les décisions prises dans les prochaines semaines et les prochains mois peuvent changer nos villes pour le meilleur comme pour le pire. Le confinement nous a donné un aperçu de ce à quoi peuvent ressembler des villes apaisées et saines. Comme le Président Français Emmanuel Macron l’a récemment dit : “Quand nous sortirons de cette crise, les gens ne supporteront plus de respirer un air pollué. Ils diront “Je ne suis pas d’accord avec les choix de sociétés qui m’obligent à respirer un air pollué, où mon bébé attrape une bronchite à cause de cela”.” Nous avons les outils pour éviter un retour de la pollution de l’air. Nous devons les utiliser sans plus attendre.