FR/NL

Campagne de témoignages#MieuxVautPrévenir


Nous donnons la parole à des Bruxellois.e.s qui souffrent ou ont souffert de la pollution de l’air. Crise d’asthme liée à un pic de pollution, maladie chronique… Les histoires de celles et ceux pour qui la pollution de l’air affecte le quotidien sont nombreuses. Alors que de plus en plus d’études démontrent qu’il s’agit d’un problème majeur de santé publique, nous militons pour que des actions soient mises en œuvre pour préserver la santé de tou.t.e.s.

Cliquez ici pour témoigner

Jonas raconte la crise d’asthme que sa fille Nina a vécu lorsqu’elle était âgée de 1 an, en avril 2019. A cette même période, Bruxelles connaissait un pic de pollution important. Le passage aux urgences de l’hôpital Saint-Jean où il trouve de nombreux parents avec leurs enfants qui souffrent comme sa fille, le diagnostic alarmant du médecin sont autant d’éléments qui ont marqué Jonas et sa famille. Ce même mois d’avril 2019, Stan, alors 3 ans, est emmené aux urgences à la suite d’ une inflammation pulmonaire. Le témoignage de sa maman, Veerle, est à retrouver ici.

Ruth raconte la dure manière dont la pollution de l’air l’affecte au quotidien. Diagnostiquée avec une sinusite alors qu’elle est enceinte de son premier enfant, elle reçoit de vives recommandations de son médecin de déménager hors de Bruxelles pour avoir accès à un air de meilleure qualité. Suite à une deuxième grossesse durant laquelle ses symptômes se sont aggravés, elle décidera de ne pas avoir de troisième enfant.

Timothy raconte comment, deux ans après son arrivée à Bruxelles, il a commencé à développer un asthme chronique dont les symptômes continuent de s’aggraver. Il explique que ses symptômes disparaissent quand il quitte la ville, et qu’il envisage, malgré lui, de quitter Bruxelles si sa santé ne s’améliore pas.

Natacha raconte comment, en tant que formatrice-vélo, elle a été exposée durant des années à la pollution de l’air dans le trafic bruxellois. En mai 2019, lorsque ses symptômes d’asthme sont apparus et se sont aggravés, elle a pris une décision majeure qui lui permet de préserver sa santé tout en restant à Bruxelles : elle a changé de métier. A travers son témoignage, nous avons un aperçu de l’impact de la pollution de l’air sur le quotidien de nombreux.ses bruxellois.es : adapter ses déplacements hors des heures de pointe, ne pas faire de sport lorsque la qualité de l’air est trop mauvaise…

Marie, souffre des sinus lorsque exposée à la pollution de l’air. Maux de tête, sinus encombrés, fatigue, visage gonflé…Marie raconte les effets sur son quotidien de sa forte exposition à la pollution de l’air. Aujourd’hui opérée des sinus, ses symptômes sont moindres mais toujours présents. Elle a obtenu la confirmation par son médecin que ses problèmes de santé étaient liés à la pollution de l’air à laquelle elle était fortement exposée.

Veerle raconte la nuit durant laquelle avec son mari elle a dû emmener son fils Stan, alors 3 ans, aux urgences suite à de fortes douleurs et des difficultés respiratoires. Le diagnostic sera celui d’une inflammation pulmonaire spontanée. Cette nuit d’avril 2019 correspond à une période de pic de pollution à Bruxelles. Durant la même période, Jonas a dû emmener sa fille Nina aux urgences suite à une crise d’asthme. Voici son témoignage.

Pourquoi témoigner ?


En contribuant au déclenchement ou à l’aggravation de nombreuses affections respiratoires (asthme, bronchites chroniques) et cardiovasculaires (hypertension, AVC), la pollution de l’air tue des centaines de Bruxellois.e.s chaque année.

Bien que des témoignages existent, comme celui de Clotilde Nonnez ci-dessus ou de Rosamund Adoo-Kissi-Debrah ici, les effets néfastes de la pollution de l’air sur la santé restent encore méconnus pour beaucoup de citoyen.ne.s.

Il est donc essentiel de multiplier et de valoriser les récits qui racontent, via des exemples concrets, l’importance que peut avoir un air de mauvaise qualité sur notre santé.

Plus il y aura de voix qui se feront entendre, plus vite des mesures seront prises pour nous permettre de respirer un air sain.

Cliquez ici pour témoigner

Qui peut témoigner ?


Nous recherchons des habitant.e.s de Bruxelles dont la santé a été impactée de manière notable par la pollution de l’air.

Par exemple, si vous, ou votre enfant, avez dû aller aux urgences à cause d’une crise d’asthme, d’une bronchite ou d’une pneumonie apparue au même moment qu’un pic de pollution. Voici quelques dates au cours desquelles la pollution était particulièrement élevée à Bruxelles :

7 décembre 2020

27 novembre 2020

22 septembre 2020

16 septembre 2020

13 août 2020

24 avril 2020

19 avril 2020

26 juin 2019

19 mai 2019

2 mai 2019

17 avril 2019

09 avril 2019

08 avril 2019

31 mars 2019

23 mars 2019

1er mars 2019

28 février 2019

Si vous avez une maladie chronique probablement causée ou aggravée par la pollution de l’air, votre témoignage nous intéresse aussi !

Cliquez ici pour témoigner

Comment témoigner ?


Il vous suffit de remplir ce formulaire. Nous proposerons aux auteur/rices de certains témoignages (nous ne pourrons malheureusement pas tous les sélectionner) de réaliser une interview afin d’en faire un portrait vidéo. Les autres témoignages seront publiés, avec votre accord, sous forme de portraits photo sur nos réseaux sociaux.

Nous nous engageons à ne pas divulguer les informations ci-dessous sans votre accord préalable.

 

En cliquant sur "Envoyer", vous acceptez que 'Les chercheurs d'air' enregistre toutes les informations ci-dessus dans sa base de données. Ces informations ne seront utilisées que pour vous contacter par email concernant nos activités. Vos données ne seront pas partagées avec des tiers. Vous pouvez accéder à ces informations, les mettre à jour et vous désinscrire à tout moment en bas de chaque email que nous vous envoyons. Vous pouvez nous demander de supprimer ces informations à tout moment. Si 'Les chercheurs d'air' venait à disparaître, vos informations seraient supprimées.

FAQ


Vous habitez Bruxelles et souffrez d’une pathologie qui pourrait être causée ou aggravée par la pollution de l’air. Nous encourageons des personnes de tous les âges et nationalités à témoigner. Les personnes mineures sont aussi encouragées à témoigner avec l’accord d’un parent. Vous pouvez aussi, en tant que parent, témoigner pour votre enfant en bas âge.

Dans un souci d’inclusivité, il est possible de témoigner dans la langue de votre choix (français, néerlandais, anglais, arabe, turc, italien, langue des signes…).

Bien entendu, nous ferons tout pour qu’un maximum de voix soient entendues. En raison de nos capacités limitées, nous ne pouvons néanmoins pas garantir que tous les témoignages seront sélectionnés.

Nous souhaitons réaliser aussi bien des témoignages écrits que de courtes vidéos. Dans le cas où vous souhaitez rester anonyme, il nous sera possible de réaliser un témoignage écrit et de prendre une photo qui ne permet pas de vous identifier.

Vos informations personnelles ne seront pas partagées, et vous avez libre choix de décider si vous souhaitez que votre prénom et/ou nom soit associé au témoignage.

Si vous ne trouvez pas de réponse, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante : eva@leschercheursdair.be