Qu'est-ce que la pollution de l'air?


Il y a deux grandes familles de polluants : les particules fines et les gaz

Les particules fines

Elles sont désignées par les initiales PM, pour particulate matter (matière particulaire) en anglais. Pour faire simple, c’est de la poussière très très fine. Les PM 10 ont un diamètre de 10 micromètres (0.01 millimètre). C’est 6 fois plus petit que le diamètre d’un cheveu humain. Les PM 2.5 ont un diamètre de 2.5 micromètres (0.0025 mm), 24 fois plus petit que le diamètre d’un cheveu. Plus ces particules sont fines, plus elles sont dangereuses pour la santé.

 

Origines des PM2.5 à Bruxelles

Il est estimé que la concentration en PM2.5 à Bruxelles provient à 31% de la pollution émise à l’intérieur de la région bruxelloise, à 25% de la pollution en provenance de la Flandre et de la Wallonie, et à 44% en provenance de l’étranger.

Pour ce qui est de la pollution émise en Région de Bruxelles-Capitale, les PM2.5 proviennent principalement du transport routier et du chauffage résidentiel.

 

PM2.5

Cinq stations officielles mesurent les concentrations de PM 2.5 à Bruxelles. En 2018, le seuil de l’OMS était dépassé partout.

PM10

Six stations officielles mesurent les concentrations de PM 10 à Bruxelles. En 2018, le seuil de l’OMS était atteint ou dépassé dans les deux tiers des stations.

Dangerosité des particules fines

Les gaz

Il y a deux gaz principalement responsables de la pollution de l’air à Bruxelles : le dioxyde d’azote (NO2) et l’ozone (03). A Bruxelles, 47% des concentrations en dioxyde d’azote mesurées dans l’air seraient dues au trafic routier. Les pics d’ozone sont également liés au transport car ils se créent suite à l’irradiation de polluants primaires (dont le dioxyde d’azote NO2) par la lumière ultraviolette (UV) en présence d’oxygène.

Dioxyde d'azote à Bruxelles

Neuf stations officielles mesurent les concentrations de dioxyde d’azote à Bruxelles. En 2017, le seuil moyen de l’OMS a été dépassé dans au moins deux stations.

Ozone à Bruxelles

Six stations mesurent les concentrations en ozone à Bruxelles. En 2017, le seuil de l’OMS a été dépassé jusqu’à 26 fois.

26