Sondage - La grande majorité des Bruxellois.es soutient la création de zones piétonnes aux abords des écoles

Sondage - La grande majorité des Bruxellois.es soutient
la création de zones piétonnes aux abords des écoles


Introduction


En Région bruxelloise, le trafic routier est responsable de 63 % des émissions d’oxydes d’azote (NOx). Notre campagne #LesChercheursDair a montré qu’une part importante de cette pollution se retrouve dans les cours des écoles de la capitale, dont beaucoup sont exposées à des concentrations en dioxyde d’azote (NO2) supérieures à la recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Étant donné que les enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution de l’air, il est urgent de mettre en place des mesures qui permettent d’améliorer la qualité de l’air aux abords des écoles. Les rues scolaires en font partie.

Une rue scolaire piétonne est une rue qui passe devant une école et dont l’accès à la circulation motorisée (voitures, motos, etc.) est interdit, sauf quelques exceptions (résident.es, livraisons, etc.). Cet aménagement urbain permet de lutter efficacement contre la pollution de l’air, mais également contre la pollution sonore et les risques d’accidents de la route.
Malheureusement, seuls 7 établissements, sur les 629 écoles maternelles et primaires que compte la Région de Bruxelles-Capitale, bénéficient d’une rue piétonne.

Résumé


Est-ce que les Bruxellois.es se soucient de l’impact de la pollution de l’air sur la santé des enfants ? Est-ce que les Bruxellois.es soutiennent la créations de zones piétonnes devant les écoles ? Pour répondre à ces questions, nous avons réalisé, en partenariat avec l’institut d’étude de marché indépendant Dedicated, un sondage auprès d’un échantillon représentatif de la population bruxelloise (N = 1.000).

Il en ressort les conclusions suivantes :

  • La très grande majorité (80%) de la population bruxelloise se dit préoccupée par l’exposition des enfants à la pollution de l’air.
  • La grande majorité (73%) des Bruxellois.es soutient la création de zones piétonnes aux abords des écoles.
  • La très grande majorité (81%) des parents/accompagnants qui amènent les enfants à l’école en voiture veulent réduire l’utilisation de cette dernière dans les années à venir.

Ces résultats montrent donc que la majorité (80%) des Bruxellois.es (87% des Bruxellois.es ayant un ou plusieurs enfants et 72% des Bruxellois.es n’ayant pas d’enfant) se soucient des impacts de la pollution de l’air sur la santé des plus jeunes. Peu importe la sensibilité environnementale des personnes interrogées, 73% des Bruxellois.es soutient la création de zones piétonnes devant les écoles.

La création de telles zones piétonnes est possible à court terme devant près de cinquante écoles bruxelloises, comme l’a montré notre récent travail de recherche. Nous demandons donc aux communes concernées de mettre en place ces rues scolaires piétonnes au plus vite.

De plus, il est facilement possible de créer des rues scolaires temporaires, c’est-à-dire fermées seulement au moment de l’entrée et de la sortie des classes, devant plus de 300 écoles bruxelloises. Là aussi nous demandons aux communes concernées de les créer au plus vite.

Méthodologie


Dans le cadre de ce sondage, 1.013 Bruxellois.es âgé.es de 18 ans et plus ont été interrogé.es. Plus précisément :

  • L’enquête a été réalisée en ligne (CAWI : Computer Assisted Web Interviewing), entre le 11 et le 29 septembre 2023
  • Tou.tes les répondant.es ont été recruté.es dans le strict respect des principaux quotas sociodémographiques
  • Le questionnaire a été élaboré conjointement par Dedicated et l’ASBL Les chercheurs d’air
  • La durée moyenne d’administration du questionnaire a été de 7 à 8 minutes
  • Le nom du commanditaire de l’étude n’a pas été mentionné lors du recrutement, ni en début d’enquête, et ce de manière à ne pas influencer les réponses
  • Sur l’échantillon total (N = 1.013), la marge d’erreur maximale (c’est-à-dire la marge d’erreur pour des fréquences observées proches de 50%) est de ± 3,08%
  • Les enquêtes ont été réalisées dans le strict respect des standards de qualité EMRQS (Efamro Market Research Quality Standards), ainsi que du code de conduite ESOMAR – CUBE

Résultats détaillés


De manière globale, il ressort du sondage que la majorité de la population bruxelloise se soucie de l’impact de la pollution de l’air sur la santé des enfants et qu’elle soutient la création de zones piétonnes devant les écoles de la Région bruxelloise. Il est également à noter que la plupart des Bruxellois.es qui utilisent régulièrement la voiture aimeraient changer de mode de transport principal à l’avenir, ce qui réduirait la pollution de l’air et aiderait à mieux protéger la santé des enfants.

En regardant les résultats de manière plus détaillée, nous notons que :

  • À la question Seriez-vous favorable à la création de zones piétonnes devant l’entrée des crèches et des écoles primaires en région bruxelloise ?”, 73% des sondé.es se sont dit favorables. Les jeunes sondé.es (18-34 ans) soutiennent ces zones piétonnes à 82%, alors que les sondé.es plus agé.es (55 ans et plus) sont un peu moins nombreux/ses à y être favorables (65%). Il existe également une différence entre les Bruxellois.es avec et sans enfants. 76% des premier/ères sont favorables à la création de zones piétonnes devant les écoles, quand 69% des second.es le sont. Il est à noter que cette tendance se confirme de manière transversale entre les différents critères de classification (genre, âge, avec ou sans enfant(s), groupe social), avec au moins 65% des sondé.es qui soutiennent la création de zones piétonnes.

 

  • À la question “En général, l’exposition des enfants à la pollution de l’air vous préoccupe-t-elle ?”, 80% des sondé.es ont répondu “Oui”. Les sondé.es agé.es de 18 à 34 ans sont un peu plus préoccupé.es (84%) par cette question que les personnes de 55 ans et plus (78%). Cette différence peut s’expliquer par le fait que les sondé.es âgé.es de 18 à 34 ans sont davantage à avoir des enfants en bas âge que les personnes de 35-45 ans ou que leurs aînés âgés de 55 ans et plus. Il est à noter que cette tendance se confirme de manière transversale entre les différents critères de classification (genre, âge, avec ou sans enfant(s), groupe social) avec au moins 72% des sondé.es se disent préoccupé.es par la question de l’exposition des enfants à la pollution de l’air.

 

  • À la question “Vous avez indiqué privilégier la voiture comme moyen de déplacement pour amener les enfants à leur lieu de garde ou à l’école. Aimeriez-vous diminuer l’utilisation de cette dernière dans les prochaines années ?”, 81% des parents ou accompagnants ont répondu de manière positive et indiquent avoir certainement ou probablement l’intention de diminuer l’utilisation de la voiture dans les prochaines années. Ce pourcentage est similaire parmi les différents critères de classification. Parmi ces derniers, 58% souhaitent privilégier les transports en commun, le vélo ou la marche dans les années à venir.

Conclusion


Les résultats de ce sondage montrent que la majorité des Bruxellois.es sont inquiet.es des effets que la pollution de l’air peut avoir sur la santé des enfants. Ils montrent également qu’une grande partie de la population de la capitale soutient une diminution de l’utilisation de la voiture en ville, particulièrement devant les écoles.

Nous demandons donc aux élu.es des 19 communes et de la Région bruxelloise d’accélérer la création de rues scolaires piétonnes et, de manière générale, de diminuer l’espace réservé à la circulation et au stationnement de la voiture en ville. Cela permettra de réduire la pollution de l’air et, ainsi, de mieux protéger la santé des enfants.


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


Rapport - Mesures NO2 quartiers apaisés Ixelles & Saint-Gilles/Forest

Mesures des concentrations en NO2 dans les quartiers “Flagey-Etangs” (Ixelles) et “ParviS” (Saint-Gilles/Forest)


Rapport (1ère version publiée le 08/01/2024)


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici

Introduction

Les quartiers apaisés font partie des mesures qui, sur le papier, aident à lutter contre la pollution de l’air émise par le trafic routier. À l’heure actuelle, il existe malheureusement peu de données qui confirment ou infirment cette hypothèse.

Nous avons donc lancé une campagne de mesures pour suivre l’évolution des concentrations en dioxyde d’azote (NO2), un polluant fortement lié au trafic routier, sur le territoire de deux nouveaux quartiers apaisés.

Est-ce que la qualité de l’air s’améliore au sein des quartiers apaisés ? Est-ce que la pollution est déplacée vers la périphérie des quartiers apaisés ? Les résultats de cette analyse devraient, à terme, nous aider à répondre à ces questions.

Etant donné que notre campagne s’étend sur plusieurs années, ce rapport sera amené à évoluer.

Concentrations en dioxyde d'azote (NO2), mois par mois, sur le territoire des futurs quartiers apaisés de Saint-Gilles et d'Ixelles

Méthode

  • Dispositif

Nous utilisons pour cette campagne des tubes dits “passifs” du laboratoire Passam. Ces derniers sont installés à deux mètres de hauteur en rue (sur le trottoir, sur un carrefour, etc.) pour une durée de trente jours. Ils sont remplacés tous les mois. Ils permettent ainsi de connaître la concentration moyenne mensuelle en NO2 aux différents points de mesure.

  • Localisation

Afin de pouvoir évaluer l’impact des quartiers apaisés, nous avons choisi deux zones dans lesquelles un nouveau plan de mobilité est ou sera bientôt mis en place. Ainsi, dans le premier cas, nous pourrons suivre les concentrations en NO2 à partir des toutes premières limitations du trafic routier et, dans le second cas, faire une comparaison entre avant et après les changements de circulation. Cela nous permettra d’évaluer l’impact de ces deux quartiers apaisés sur la pollution de l’air.

À Ixelles, nous évaluons le quartier “Flagey-Etangs” où les premières modifications du plan de mobilité ont débuté le 2 mai 2023.

Pour ce faire nous avons placé 14 points de mesure. Sept d’entre eux se trouvent sur la périphérie du quartier (Avenue de la Couronne, Boulevard Général Jacques, Avenue Louise, Rue Lesbroussart, Rue Malibran) et sept autres sont situés au sein du quartier (Rue Vilain XIIII, Square du Souvenir, Avenue des Eperons d’Or, Chaussée de Boondael, Chaussée de Vleurgat, Rue Jean Paquot). Ces mesures nous permettront de savoir, à terme, si les changements de circulation font baisser les concentrations en NO2 à l’intérieur du quartier et s’ils déplacent la pollution en périphérie du quartier.

À Saint-Gilles et Forest, nous évaluons le quartier “ParviS” où les premiers changements de circulation devraient avoir lieu en 2024.

Pour ce faire nous avons placé 15 points de mesure. Huit d’entre eux se trouve sur la périphérie du quartier (Avenue Van Volxem, Avenue Fonsny, Avenue de la Porte de Hal, Avenue Louise, Rue Defacqz, Avenue Brugmann, Avenue Albert, Avenue du Parc, Avenue Ceuppens) et six autres sont situés au sein du quartier (Rue Bréart, Barrière, Rue de Mérode, Rue Féron, Chaussée de Waterloo, Rue d’Ecosse). Ces mesures nous permettront de savoir, à terme, si les changements de circulation font baisser les concentrations en NO2 à l’intérieur du quartier et s’ils déplacent la pollution en périphérie du quartier.

  • Durée

Les premières mesures ont débuté le 2 mai à Ixelles. Au moment de la publication de cette première version du rapport, nous avons donc récolté six mois de données (mai-octobre 2023).

Nous avons débuté les mesures au moment des premiers changements de circulation (mise en sens unique du bas de l’Avenue Vleurgat, mise en sens unique du haut de la rue Vilain XIIII, mise en sens unique du Square du Souvenir). Ces circonstances ne sont idéales car elles ne nous permettront pas de faire une comparaison parfaite entre la situation avant le changement du plan de mobilité et après. Ceci étant dit, les premières modifications (citées au dessus) sont minimes et ne devraient pas avoir de gros impacts à elles seules. Elles ne devraient donc pas trop perturber notre comparaison.

À Saint-Gilles et Forest, les mesures ont débuté le 31 mai. Au moment de la publication de cette première version du rapport, nous avons donc récolté cinq mois de données (juin-octobre 2023).

Etant donné que les premiers changements de circulation ne devraient pas voir le jour avant 2024, nous aurons probablement au moins une année complète de mesures sans modifications, puis au moins une année de mesures après modifications, ce qui nous permettra de faire une comparaison claire.

Notre objectif est d’effectuer des mesures pendant encore au moins deux années. Cela nous permettra de tirer des conclusions robustes.

Résultats

  • Quartier “Flagey-Etangs”

Evolution des concentrations en NO2 sur le territoire du future quartier apaisé “Flagey-Etangs”

Les premiers résultats montrent plusieurs choses. Tout d’abord, la place Flagey (au niveau de l’arrêt de tram) est exposée à des concentrations moyennes mensuelles en NO2 qui peuvent être plus de trois fois supérieures aux recommandations de l’OMS (10µg/m3). Dans au moins certaines parties de l’Avenue de la Couronne, de la Chaussée de Vleurgat, de la Rue Malibran, de la Rue Lesbroussart, de l’Avenue des Eperons d’Or, de l’Avenue Louise ou encore du Boulevard Général Jacques, les concentrations en NO2 sont parfois plus de deux fois supérieur à la recommandation de l’OMS.

Le deuxième constat est que très peu de points de mesure sont exposés à des concentrations en NO2 qui respectent la recommandation de l’OMS. Seules la Rue Jean Paquot (où se trouve l’hôpital), la Rue Vilain XIIII, une partie de l’Avenue Louise et le Square du Souvenir descendent parfois en dessous de 10µg/m3 de NO2. Il est important de noter ici que ce passage sous la recommandation de l’OMS a lieu en été, pendant la période des vacances, quand il y a beaucoup moins de circulation que le reste de l’année.

  • Quartier “ParviS”

Evolution des concentrations en NO2 sur le territoire du future quartier apaisé “ParviS”

À Saint-Gilles/Forest, certains lieux sont également exposés à des concentrations en NO2 qui dépassent largement les recommandations de l’OMS. Certaines parties de la Rue de Mérode, ainsi que Barrière, sont parfois exposées à des concentrations moyennes mensuelles en NO2 qui peuvent être plus de trois fois supérieures aux recommandations de l’OMS (10µg/m3). Dans au moins certaines parties de la Rue du Danemark, de l’Avenue Porte de Hal, de l’Avenue Louise, du Parvis, de l’Avenue Van Volxem, de la Rue d’Ecosse, de l’Avenue du Parc, de la Rue Ceuppens et de la Rue Emile Féron, les concentrations en NO2 sont parfois plus de deux fois supérieur à la recommandation de l’OMS.

De plus, aucun de nos points de mesure n’enregistre de concentrations en NO2 qui descendent sous la recommandation de l’OMS, même en été quand il y a moins de trafic du fait des grandes vacances.

Conclusions

Ces premiers résultats nous rappellent que certains lieux à Ixelles, Saint-Gilles et Forest sont bien trop pollués. C’est par exemple le cas de la Place Flagey, de certaines parties au moins de la Rue de Mérode, ainsi que de l’intersection Barrière. Il est donc urgent de mettre en place des mesures pour y limiter le trafic routier, principale source de dioxyde d’azote (NO2).

Il n’est pas encore possible de tirer de conclusions plus larges, par exemple concernant l’impact des quartiers apaisés sur la qualité de l’air. Nous allons continuer de faire des mesures afin de pouvoir publier un avis clair sur ce point précis.


Inventaire rues scolaires

Inventaire des rues scolaires bruxelloises


Mis à jour le 13/10/2023

Combien d’écoles bruxelloises bénéficient d’une rue scolaire ? Quelles sont ces écoles ? Leur rue scolaire est-elle ambitieuse ?

Tous les six mois, nous actualisons l’inventaire des rues scolaires en Région bruxelloise. Pour ce faire, nous contactons les 19 communes afin de connaître l’état d’avancement de leurs projets.

Une rue scolaire est une rue qui passe devant une école et dont l’accès à la circulation motorisée (voitures, motos, etc.) est interdit, a minima, aux heures d’arrivée et de sortie des élèves.

En juin 2023, seules 43 (1) écoles fondamentales et spécialisées (2) se situent dans une rue scolaire. Cela correspond à 7% des écoles bruxelloises.

Répartition des rues scolaires à Bruxelles

Parmi les 43 écoles équipées d’une rue scolaire, 7 ont une rue fermée à la circulation de manière permanente. Pour les 36 autres, la rue scolaire n’est fermée à la circulation que de manière temporaire, c’est-à-dire le matin, au moment de l’entrée des classes et/ou l’après-midi au moment de la sortie des classes. Il existe également des rues scolaires en phase de test, en projet ou en pause par manque d’encadrement. Tant qu’elles ne sont pas validées et pérennisées, nous ne les comptons pas parmi les rues scolaires définitives.

Part des écoles avec ou sans rue scolaire à Bruxelles

Les sept écoles qui bénéficient d’une rue scolaire définitive et fermée en permanence au trafic routier se trouvent sur le territoire de la ville de Bruxelles, à l’intérieur du Pentagone,  et dans un Écoquartier à Woluwe-Saint-Lambert.

Ecoles équipées d'une rue scolaire fermée à la circulation en permanence

Les 36 écoles qui ont une rue scolaire définitive mais fermée seulement temporairement au trafic routier se répartissent sur 17 communes. Schaerbeek et Saint-Gilles sont les deux communes qui ont le plus d’écoles avec une rue scolaire. Auderghem est la seule commune qui ne dispose pas de rue scolaire définitive devant une école publique.

Ecoles équipées d'une rue scolaire fermée temporairement à la circulation

Notes :

(1) Nous n’avons pas pris en compte les écoles privées. Il y a par exemple une rue scolaire à Watermael-Boitsfort devant l’école Internation School of Brussels

(2) Sources : Enseignement.be / Onderwijs in Brussel


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici