La majorité des Bruxellois en faveur de plus de journées sans voiture

La majorité des Bruxellois en faveur de plus de journées sans voiture


Une enquête représentative réalisée par Kantar Public (1) pour la campagne Clean Cities auprès de 1000 Bruxellois montre que 58% d’entre eux sont même favorables à une journée sans voiture par semaine (2) à Bruxelles. En parallèle, des chiffres consolidés par le consultant international en durabilité Ricardo (3) montrent que chaque journée sans voiture à Bruxelles permet d’économiser jusqu’à 8.000 barils équivalents de pétrole (4).

Ces chiffres sont les résultats d’une recherche lancée pour plusieurs villes européennes par la campagne Clean Cities (5).

Alors que le gouvernement bruxellois explore la possibilité d’augmenter le nombre de journées sans voiture à Bruxelles (6), de nouveaux chiffres apportent un éclairage sur la position des Bruxellois à ce sujet. L’entreprise de recherche Kantar Public, derrière notamment les sondages “’Eurobaromètre” pour la Commission européenne, a mené une enquête auprès d’un échantillon représentatif d’habitants de la région de Bruxelles-Capitale, et en particulier sur leur soutien à l’instauration de plus de journées sans voiture. Le résultat est sans appel : une majorité des Bruxellois se déclarent en faveur d’une telle mesure, puisque 58% d’entre eux soutiennent jusqu’à l’organisation d’une journée sans voiture par semaine. 14% des répondants se disent neutres par rapport à la mesure.

Marie-Charlotte Debouche, coordinatrice de la campagne Clean Cities en Belgique, déclare : “Les citoyens bruxellois sont en faveur de plus de journées sans voiture, qui sont bonnes du point de vue énergétique, et pour leur portefeuille. Leur mise en place doit s’accompagner de mesures structurelles permettant la transition vers une mobilité plus propre, comme les zones de basses-émissions, et les citoyens et entreprises doivent être accompagnés dans cette transition.

Clean Cities s’est également intéressée aux bénéfices énergétiques de ces journées sans voiture. Le consultant international en durabilité Ricardo – qui mène régulièrement des études pour les institutions européennes – a réalisé des recherches pour Bruxelles. Une journée sans voiture organisée le dimanche permet d’économiser entre 4.000 et 5.000 barils équivalents de pétrole (soit près d’un million de litres de carburant). Si elle est organisée en semaine, ce chiffre peut monter à entre 6.000 et 8.000 barils équivalents pétrole (soit entre 1,1 et 1,4 millions de litres de carburant). Au prix actuel du carburant (7), celà représente entre 2,2 et 2,8 millions d’euros pour le portefeuille des citoyens.

Pierre Dornier, président de l’ASBL Les Chercheurs d’Air (8), réagit à ces chiffres : “La Région Bruxelloise a la possibilité d’agir très concrètement contre le financement des armes russes, contre les canicules et contre les pics de pollution. Il lui suffit de limiter le nombre de voitures dans ses rues et, ainsi, de réduire sa consommation de pétrole. Mettre en place plus de journées sans voiture est un excellent moyen d’y parvenir. Les Bruxellois.es sont pour ! N’attendons plus !

L’Agence Internationale de l’Energie avait publié en février dernier des pistes pour réduire la dépendance au carburant (9), à la lumière de la guerre en Ukraine. La troisième piste avancée était l’implémentation de plus de dimanches sans voiture dans les villes. Au-delà de la considération énergétique, les journées sans voiture ont également un impact sur la pollution de l’air. L’année passée, par exemple, les concentrations de NO2 ont baissé de 86 % à la station Arts-Loi pendant le dimanche sans voiture par rapport à un dimanche moyen (8).

FIN

 

Notes aux éditeurs

(1) Les chiffres pour Bruxelles sont disponibles sur demande.
(2) Le choix de poser la question pour une journée sans voiture par semaine fait suite aux recommandations de l’Agence Internationale de l’Energie, ‘A 10-point Plan to Cut Oil Use”, publiées en février dernier, sur l’impact de plusieurs journées sans voiture par mois.
(3) Les chiffres pour Bruxelles sont disponibles sur demande.
(4) Le terme exact utilisé dans le rapport est “équivalent baril de pétrole”, qui est une unité d’énergie basée sur l’énergie approximative libérée par la combustion d’un baril de pétrole brut.
(5) La Clean Cities Campaign est une coalition de plus de 50 ONG et dont l’objectif principal est d’atteindre une mobilité zéro-émission dans les grandes villes européennes d’ici 2030.
(6) Bruxelles envisage de multiplier les journées sans voiture, Le Soir, 16/06/2022
(7) Le 29 juin, le prix d’un litre d’essence (Super 95 E10) était d’au minimum 1,95 euro à Bruxelles, et le prix d’un litre de diesel coûtait au moins 2,08 euro, voir https://carbu.com/belgique/index.php/meilleurs-prix/Bruxelles/BE_bx/1
(8) Les Chercheurs d’Air est une ASBL citoyenne bruxelloise ayant pour but d’améliorer la qualité de l’air à Bruxelles, à l’aide notamment de la science collaborative et la mobilisation citoyenne.
(9) Le rapport complet de l’Agence Internationale de l’Energie, ‘A 10-point Plan to Cut Oil Use” se trouve ici.
(10) Bruxelles a mieux respiré lors du dimanche sans voiture, Bruxelles-Environnement, 20/09/2021

CONTACT PRESSE CLEAN CITIES CAMPAIGN

Marie-Charlotte Debouche

marie-charlotte.debouche@cleancitiescampaign.org

+32472904808

CONTACT PRESSE LES CHERCHEURS D'AIR

Pierre Dornier

pierre@leschercheursdair.be

+32496815263


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


Rues scolaires

Des écoles trop polluées à Bruxelles !


A Bruxelles, le trafic routier est responsable de 63% des émissions d’oxydes d’azote (NOx). Notre campagne #LesChercheursDair a montré qu’une part importante de cette pollution se retrouve dans les cours des écoles de la capitale, dont beaucoup sont exposées à des concentrations en dioxyde d’azote (NO2) supérieures à la recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Une précédente étude de Greenpeace avait montré que les classes sont également polluées au NO2. Or on sait qu’en Belgique, un enfant de primaire passe près de la moitié de l’année à l’école (soit 180 jours).

Vous voulez nous aider à protéger nos enfants de la pollution de l’air en demandant des rues scolaires ? Nous prévoyons d’organiser des mobilisations festives en 2022 avec cette demande comme fer de lance. Inscrivez-vous ci-dessous et nous vous recontacterons pour vous convier à ces mobilisations.

Rejoignez-nous !

Pourquoi est-ce un problème ?


Du fait, entre autres, que leur corps est encore en développement, les enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution atmosphérique. Différentes études ont montré qu’une exposition à la pollution de l’air peut avoir de graves conséquences sur la santé des enfants :

  • asthme
  • bronchites chroniques
  • Cancers
  • Troubles cognitifs
  • etc.

Comment mieux protéger nos enfants ?


Afin de lutter contre la pollution de l’air dans les écoles, nous demandons la création de rues scolaires. Nous entendons par “rue scolaire” une rue qui se trouve à proximité immédiate d’une école et qui est fermée de manière permanente (pas seulement de manière temporaire comme prévue par le code la route) à la circulation motorisée.


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici

Une récente étude menée à Londres à montré que la création de rues scolaires a permis de faire baisser la concentration en NO2 jusqu’à 23% devant des écoles. D’autres enquêtes montrent que la mise en place d’une rue scolaire entraîne la diminution de l’utilisation de la voiture par les parents d’élèves pour se rendre à l’école. Les rues scolaires permettent également d’encourager l’utilisation de modes actifs qui développent l’autonomie des enfants : marche, trottinette, vélo, etc.. Enfin, les rues scolaires aident à améliorer la sécurité routière aux abords de l’école (moins de longues files à remontrer à vélo, de passages piétons encombrés, etc.) et offrent un espace de rencontre et de convivialité à la communauté scolaire.

Nous demandons donc que les 19 communes bruxelloises équipent toutes les écoles qui peuvent l’être d’une rue scolaire fermée en permanence d’ici la fin de ce mandat (2024). Ailleurs en Europe, les rues scolaires connaissent un développement beaucoup plus rapide qu’à Bruxelles. Depuis avril 2020, Londres a mis en place plus de 500 rues scolaires, Paris plus de 150, etc. 

Il faut agir maintenant pour améliorer la qualité de l’air que nos enfants respirent ! A Bruxelles, trop peu de rues sont fermées à la circulation aux heures d’entrée et sorties des écoles, encore moins encore pour la fermeture totale au trafic motorisé. Ce n’est pas suffisant ! Nous demandons davantage de rues scolaires !

Parents, enfants, citoyen.ne.s, mobilisons nous pour faire avancer les rues scolaires.

Rejoignez notre mouvement !

À Bruxelles, les diesels en circulation sont toujours trop polluants

À Bruxelles, les diesels en circulation sont toujours trop polluants

Une nouvelle étude publiée aujourd’hui par l’organisation non gouvernementale ICCT (International Council on Clean Transportation) est sans équivoque : près de la moitié des kilomètres sont parcourus à Bruxelles par des véhicules diesel dont les émissions dépassent largement les limites réglementaires. Les organisations actives dans la protection de la qualité de l’air à Bruxelles répondent : n’attendons pas 2030 pour sortir du diesel à Bruxelles.

L’ICCT publie aujourd’hui les résultats de mesures des émissions réelles des véhicules en circulation à Bruxelles, réalisées en automne dernier. Pendant deux mois, en collaboration avec Bruxelles Environnement, les émissions de 130 588 véhicules ont été mesurées à des points clés de la ville, grâce à la technologie de remote sensing. Les résultats montrent que pour les véhicules diesel en circulation à Bruxelles et équipés de moteurs de 6 à 15 ans d’âge, les émissions réelles d’oxyde d’azote peuvent être jusqu’à 5 fois supérieures aux limites réglementaires. Or, presque la moitié des mesures réalisées par cette étude concernaient ce genre de véhicules. De plus, ces types de moteur diesel ont un impact important sur les émissions. Par exemple, les voitures diesel Euro 5 (mis en circulation à partir de 2011) contribuent à hauteur de 40% des émissions d’oxyde d’azote des voitures, tout en ne représentant que 20 % des véhicules mesurés.

À Bruxelles, les autorités ont prévu la sortie de tous les moteurs diesel d’ici 2030. Selon les organisations actives dans la protection de la qualité de l’air, le rapport d’ICCT montre que la sortie des véhicules diesel est urgente et devrait être accélérée.

Raf Pauly, coordinateur pour le BRAL, réagit: “Ce rapport montre à quel point la sortie des diesel Euro 4 en janvier 2022 est importante pour la qualité de l’air à Bruxelles, et que la zone de basses émissions est un outil important. Mais il montre aussi que pour les autres moteurs diesel, plus nombreux encore, les niveaux d’émissions de dioxyde d’azote et de particules fines sont trop élevés. Les moteurs diesel appartiennent au passé. A Paris, ils seront interdits dès 2024. Il faut accélérer la sortie de ces moteurs le plus tôt possible, et ce avant 2030.

Ce rapport est publié deux semaines après la mise à jour du ranking d’ISGlobal, qui positionne Bruxelles en 8ème position des villes européennes les plus meurtrières en termes d’exposition au NO2. D’après ce ranking, 433 décès prématurés pourraient être évités si les niveaux de pollution de l’air étaient alignés aux dernières recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. De plus, selon une étude d’EPHA en octobre 2020, chaque Bruxellois perd en moyenne 1.395 euros à cause de coûts en soins de santé dûs la pollution de l’air par an.

Pierre Dornier, président de l’ASBL Les Chercheurs d’Air, réagit également: “Cette étude est un nouveau signal d’alarme. Le diesel propre n’existe pas. Il coûte cher à notre santé, à notre planète et à notre porte-monnaie. La région Bruxelloise doit accélérer la mise en place d’outils pour que tout le monde puisse s’affranchir de ce carburant fossile au plus vite : accompagnement des citoyens vers une mobilité durable, aides aux professionnels, bornes de recharge rapide pour les taxis, etc. Les solutions existent, utilisons les !

Notes aux rédacteurs

La pollution de l’air est reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme le plus grand risque environnemental pour la santé dans le monde.

En septembre, L’OMS a revu ses recommandations: les concentrations de particules fines (PM2,5) et de dioxyde d’azote (NO2) ne devraient pas dépasser une moyenne annuelle de 5 µg/m3 et 10 µg/m3, respectivement.

En Belgique, Bruxelles a été classée en 8ème position parmi les 10 villes européennes les plus meurtrières en raison de la pollution de l’air, tandis qu’Anvers est en 2ème position.

Selon un rapport publié par Bruxelles Environnement en janvier 2021, la pollution de l’air provoque de nombreuses maladies, comme l’asthme, les cancers du poumon et autres troubles respiratoires chroniques (en particulier chez l’enfant). Selon cette étude, bannir les véhicules thermiques d’ici 2030 permettrait de sauver un peu plus de 100 personnes d’une mort prématurée par an.  Selon une étude d’EPHA en octobre 2020, chaque Bruxellois perd en moyenne 1.395 euros à cause de la pollution de l’air par an.

A Bruxelles, selon le rapport de Bruxelles Environnement précédemment cité,  une grande partie des émissions de polluants atmosphériques provient du trafic routier. En 2019, en RBC, le trafic routier a été responsable de 61% des émissions d’oxyde d’azote (NOx), et de 27% des émissions de particules fines PM2,5, qui sont deux importants types de polluants atmosphériques.

CONTACTS

 

Raf Pauly, coordinateur pour le BRAL
raf@bral.brussels
+32487319420

 

Pierre Dornier, président de l'ASBL Les Chercheurs D'air
pierre@leschercheursdair.be
+32496 815 263


Vasiliki & Nikolaos

Vasiliki & Nikolaos

My name is Vasiliki. I’m a low-profile (shy could also be the word) Greek/Cypriot, born in France and now living in Belgium. I believe that little, kind, generous actions can change the world. I love my family, dancing, litterature, bicycles, chocolate, popcorn and discovering new places and things. I also love my husband, who is the best, always supporting me, including with this campaign 🙂 I was motivated to take part in the campaign #LesChercheursDair because the realisation of the whole project depended on the involvement of volunteers – therefore, I wanted to help and play my part in making it a success and delivering results. In addition, like many people, I am concerned about the quality of the air we all breathe, so I wanted to participate in an action which, among others, will raise awareness about the importance of the issue! Last but not least, I am interested in finding out more on the quality of the air that we breathe in my neighborhood, as well as the differences in air quality among various areas (e.g. my area vs. the city centre).


Gabriel, Daniela & Umberto

Gabriel, Daniela & Umberto

Je m’appelle Umberto. Avec ma femme Daniela et mon fils Gabriel nous sommes une famille italienne qui aime la nature, les animaux, la mer et faire du vélo. Je travaille sur l’innovation des transports publics et je suis persuadé que la voiture individuelle ne devrait pas prendre autant de place en ville. Partager les transports, et l’espace public pour faire du vélo et marcher, c’est lutter efficacement contre la pollution de l’air mais aussi contre le changement climatique. Et en plus ça coûte moins cher. A mon avis, l’intérêt de cette enquête citoyenne et collective menée par Les chercheurs d’air est qu’elle donne l’opportunité aux citoyens de savoir ce qu’ils respirent réellement. Et si les résultats ne sont pas bons, ils peuvent demander des actions concrètes à leurs élus.


Thomas

Thomas

Je m’appelle Thomas. Je suis papa de 2 garçons. J’aime faire du vélo à Bruxelles, me promener dans ses quartiers et généralement découvrir de nouvelles choses. Urbaniste de métier je m’intéresse à la ville et ses changements. J’aime aussi jardiner, jouer du piano et manger un bon repas en bonne compagnie. J’ai rejoint cette campagne des Chercheurs d’air pour comprendre à quel point mon environnement de vie est impacté par la pollution de l’air et pouvoir avec les résultats changer les choses pour que mes enfants puissent grandir dans un environnement plus sain.


Thomas

Thomas

Je m’appelle Thomas. Indécis devant l’éternel, je change d’avis régulièrement sur ce que je veux faire. Je suis un glouton de nouvelles expériences, de sport et de voyages. Mes hobbies du moment sont l’escalade urbaine et la navigation. De parents Wallons, mais ayant grandi en Flandres, je me plais le plus à Bruxelles. J’ai habité un an à New Delhi et je me souviens avoir entièrement arrêté d’y faire du sport à cause de la pollution. On se disait que “respirer l’air là-bas, c’est comme fumer un paquet de cigarettes par jour”. On n’en est pas encore là à Bruxelles, mais la qualité de l’air est un facteur de santé et de bien-être essentiel et tout à fait maîtrisable. Comme j’habite dans un lieu très fréquenté à Schaerbeek, ça me semblait avoir beaucoup de sens de participer au projet des Chercheurs d’air. Je m’attends à ce que les résultats appuient l’énorme importance d’une politique qui lutte plus contre la pollution de l’air à Bruxelles.


Tatiana

Tatiana

My name is Tatiana. I moved to Brussels from the UK. I enjoy this multinational and multicultural city but I’d like to see it getting even better! Fresh air is something that all people in the city deserve to have. It is our basic right to enjoy a clean environment, to grow healthy children and to make sure that our parents have happy and healthy lives without pollution, which kills many. This is why I joined this project by Les chercheurs d’air. I wanted to take concrete action. I hope that my contribution will make a positive impact on the lives of Brussels citizens.


Pierre

Pierre

Je m’appelle Pierre, je suis Bruxellois et père de famille. Ces deux qualités me projettent vers l’avenir. Elles me font participer activement au débat sur mon lieu de vie. Dans mon travail, j’aide les gens à bien communiquer ensemble et je soutiens les jeunes dans leur recherches et questionnements. Ce qui m’a donné envie de rejoindre la campagne #LesChercheursDair, c’est la possibilité de participer de manière constructive et collective à la lutte contre la pollution de l’air à Bruxelles. Pour moi, la récolte participative de données sur la qualité de l’air est une réponse à un besoin vital tourné vers le futur. J’espère que ces données pourront être utilisées pour mettre en place des mesures contre les sources de pollution afin d’obtenir une meilleure qualité de vie commune.


Nuria

Nuria

Je m’appelle Nuria, je viens de Barcelone et j’habite à Bruxelles depuis 1993. Puéricultrice de profession, j’attache beaucoup d’importance à la santé des enfants. Actuellement je suis militante et élue écologiste à Woluwe-Saint-Lambert. J’ai participé à cette expérience de science collaborative parce que j’espère que les résultats nous permettront de savoir ce que nous respirons vraiment et qu’ils pousseront nos élu.e.s à trouver des solutions contre la pollution de l’air.. J’ai hâte de connaître les résultats pour ma commune et pour le reste de Bruxelles !