Guillaume

Guillaume

Je m’appelle Guillaume, je suis Français et je suis arrivé en Belgique il y a quelques années pour faire de la recherche biomédicale. Je suis aujourd’hui enseignant en sciences. Je suis surtout papa de deux petites filles pour qui je veux le meilleur. “On n’hérite pas la Terre de nos parents, on l’emprunte à nos enfants”. Cette phrase m’a donné envie de mieux connaître la bulle d’air dans laquelle j’élève ma petite famille. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de participer au projet #LesChercheursDair


Geraldine

Geraldine

Je m’appelle Géraldine, je suis bruxelloise. Architecte de formation, je suis passionnée par les villes et la manière dont nous pouvons les fréquenter et les expérimenter de la façon la plus qualitative à tous points de vue (social, environnemental et bâti). C’est dans cette perspective que j’ai souhaité participer à cette campagne menée par Les chercheurs d’air. Ce qui m’a motivée plus particulièrement c’est l’idée de prendre en considération la situation de la pollution de l’air dans son ensemble, sur toute une année, pour y apporter des solutions adéquates. J’espère que les pouvoirs publics s’empareront de ces nouvelles données pour agir sérieusement et nous garantir un air de meilleure qualité.


Florence

Florence

Je m’appelle Florence. Je suis une journaliste passionnée par les enjeux de société, maman d’un petit blondinet, voyageuse à deux roues. J’ai rejoint la campagne #LesChercheursDair pour contribuer à la collecte de données indépendantes sur la qualité de l’air à Bruxelles. La pollution atmosphérique est un enjeu de santé publique. En tant que citoyens, nous ne pouvons agir qu’en étant bien informés. Plus les habitants s’empareront du problème, plus la pression sur les politiques sera forte.


Fanny & Raphael

Fanny & Raphael

Je m’appelle Fanny. J’ai grandi à la campagne. Avec Raphaël nous avons quitté la Wallonie pour la capitale il y a quelques années. Nous aimons beaucoup vivre à Bruxelles mais nous pensons que cette ville serait encore mieux s’il y avait moins de trafic, plus de mobilités alternatives et un air plus sain ! Nous voulions nous investir dans quelque chose de concret pour atteindre ce rêve d’une ville plus verte. La campagne de mesure des Chercheurs d’air nous semblait être un moyen parfait de le faire. Nous avons aussi décidé d’y participer parce que nous vivons le long d’une artère très fréquentée et nous étions curieux de connaître le taux de pollution à proximité de chez nous.


Eva

Eva

Je m’appelle Eva. Je suis la gérante du bar à pizza La Belle Equipe rue Dansaert. Depuis 10 ans j’y fais découvrir de la cuisine avec des produits et des ingrédients nobles. C’est la curiosité tout autant que le soutien que j’apporte aux actions menées par Les chercheurs d’air qui m’ont motivée à rejoindre cette campagne. Je trouve que la rue Dansaert, juste avant le pont qui traverse le canal, est très fréquentée par les voitures, sûrement trop fréquentée, ce qui engendre bruit et pollution.


Elena

Elena

Je m’appelle Elena.  Je suis belge. Je suis née et je vis dans cette belle ville qu’est Bruxelles. J’ai une formation en informatique et je travaille à la STIB (précédemment infrabel) en tant que Project Manager depuis 7 ans, un long parcours dans les transports en commun. Quand j’ai du temps libre je pars pour de longues balades avec mon conjoint et mon chien et j’en profite pour prendre des photos du paysage, de la faune et de la flore. A Bruxelles je me déplace principalement à pied, en vélo ou en transport en commun bien sûr. J’utilise aussi parfois la voiture quand j’en ai besoin. Je me suis proposée pour rejoindre la campagne des Chercheurs d’air parce que j’aimerais rendre visible la pollution de l’air, montrer la responsabilité du trafic routier et obtenir des mesures claires et précises pour pouvoir respirer un air de meilleure qualité.


Dorotha & Vincent

Dorotha & Vincent

Je m’appelle Dorotha, j’habite à Bruxelles depuis 57 ans. Je suis enseignante à l’école Saint-Michel à Etterbeek. Avec mon ami et collègue Vincent nous avons été inspirés et enthousiasmés par la belle initiative des Chercheurs d’air ! Une enquête citoyenne et collective comme celle-ci permet aux citoyens de s’emparer du débat sur la qualité de l’air à Bruxelles, de prendre la parole. Respirer un air de qualité est un droit fondamental auquel tous les citadins devraient pouvoir avoir accès.


David

David

Je m’appelle David. Avec ma femme et nos deux enfants nous formons une famille multiculturelle sur le chemin du changement pour contribuer à une planète en meilleure santé. Si pas maintenant, quand? Rejoindre cette campagne des Chercheurs d’air était pour nous l’occasion d’être actifs à notre échelle en participant à la recherche sur nos habitudes urbaines et en définissant un plan d’action pour lutter efficacement contre la pollution de l’air.


Chloé

Chloé

Je m’appelle Chloé. Je suis une Bruxelloise engagée dans la transition pour une société plus durable. Je lutte à mon échelle contre la pollution, le changement climatique et la perte de la biodiversité. Je suis toujours prête à motiver d’autres personnes à agir aussi à leur échelle. Mélomane aimant danser, j’apprécie tout autant le calme de la  Forêt de Soignes ou des montagnes. J’adore aussi rouler à vélo dans les rues de Bruxelles, de préférence les cheveux au vent. La pollution de l’air est un sujet qui me préoccupe depuis longtemps. C’est un énorme problème sanitaire dans les villes, principalement en raison du trafic motorisé. L’ennui est que la pollution reste invisible à l’œil nu. Pour lutter efficacement contre ce fléau, il faut disposer de données, les documenter et rassembler tout cela sous forme d’une politique ambitieuse qui rend le problème et les solutions visibles. C’est pour cette raison que j’ai décidé de participer à la campagne des Chercheurs d’air.


Chloé & Luca

Chloé & Luca

Je m’appelle Chloé. Avec mon fils Luca nous formons un duo créatif : nous sommes tous les deux peintres. Nous sommes aussi sensibilisés à l’environnement. Nous avons récemment participé, ensemble, à la marche pour le climat, nous partageons une démarche zéro déchet et nous essayons de diminuer notre empreinte carbone. Ce qui nous a motivé à rejoindre le projet des Chercheurs d’air est le fait de pouvoir poser un acte concret, de pouvoir se sentir acteur vers un mieux vivre dans une ville où l’air pur ne devrait pas être qu’une illusion. Nous espérons sincèrement que, suite à la publication des résultats, des mesures fortes seront prises pour lutter contre la pollution de l’air à Bruxelles.