Bruxelles doit suivre l'exemple de Paris et faire payer plus cher le stationnement aux SUV

Bruxelles doit suivre l'exemple de Paris et faire payer plus cher le stationnement aux SUV


Réaction presse

Pierre Dornier, Directeur de l’asbl Les chercheurs d’air, a déclaré : “Certains SUV sont aussi lourds que deux rhinocéros, aussi longs que 3 baignoires et aussi aérodynamiques qu’un frigo. Ces mensurations disproportionnées les rendent particulièrement polluants et dangereux dans les grandes villes où leur utilité est loin d’être évidente. Bruxelles doit suivre l’exemple de Paris en mettant en place un tarif de stationnement plus élevé pour ces véhicules afin d’en réduire le nombre dans nos rues.”

Contexte :

La ville de Paris a organisé ce dimanche 4 février une votation afin de déterminer si un tarif spécifique pour le stationnement des voitures individuelles lourdes, encombrantes et polluantes doit être créé. 54,6% des votant.es ont répondu “Oui”. Une tarification plus élevées pour les SUV devrait donc être mise en place prochainement dans la capitale française.

Une récente étude de l’institut Vias a montré que, ces 20 dernières années :

  • la masse moyenne des voitures a augmenté de près de 30% (de 1186 kg en 2000 à 1521 kg en 2021)
  • la puissance moyenne des voitures a augmenté de 60% (de 65 kW en 2000 à 103 kW en 2021)
  • la hauteur moyenne du capot des voitures a augmenté de 15% (de 73 cm à 83 cm)

Cette évolution a un impact négatif sur la pollution de l’air, les émissions de CO2, la sécurité routière.

Pour rappel, en Région de Bruxelles-Capitale, la pollution de l’air est responsable, chaque année, de plus de 900 décès prématurés.

CONTACT

 

Pierre Dornier

Directeur Les chercheurs d'air

pierre@leschercheursdair.be

0496815263


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


La grande majorité des Bruxellois.es soutient la création de zones piétonnes aux abords des écoles

La grande majorité des Bruxellois.es soutient la création de zones piétonnes aux abords des écoles


Un nouveau sondage (1), commandé par l’asbl Les chercheurs d’air, montre que 73% des Bruxellois·es sont favorables à la création de nouvelles zones piétonnes aux abords des écoles de la Région. Cet important soutien doit encourager les élu·es à accélérer la réduction du trafic routier autour des crèches et des établissements primaires afin de mieux protéger les enfants de la pollution de l’air.

Il ressort également de l’enquête, menée auprès d’un échantillon représentatif de la population bruxelloise, que les jeunes sondé·es (18-34 ans) approuvent cette piétonnisation à 82%, alors que les plus agé·es (55 ans au moins) sont 65% à y être favorables. Il existe aussi une différence entre les Bruxellois·es avec et sans enfants : 76% des premier/ères sont pour la création de zones piétonnes devant les écoles, contre 69% pour les second·es.

Pierre Dornier, Directeur de l’asbl Les chercheurs d’air a déclaré : “Contrairement à certaines idées reçues, la grande majorité des Bruxellois·es, y compris les automobilistes, soutient la réduction du trafic routier devant les écoles de la Région. Nous demandons aux communes et à la Région bruxelloise d’accélérer la création de rues scolaires piétonnes afin de mieux protéger les plus petit·es de la pollution de l’air.

En outre, le sondage révèle que 80% de la population bruxelloise se dit préoccupée par l’exposition des enfants à la pollution de l’air et 81% des parents ou accompagnant·es qui amènent les enfants à l’école en voiture veulent réduire l’utilisation de cette dernière dans les années à venir.

Actuellement, seules 7% des écoles maternelles et primaires de la Région bruxelloise bénéficient d’une rue scolaire (2). Selon notre récent rapport, il est possible d’étendre cette mesure à 70% de ces établissements scolaires. En plus d’améliorer la qualité de l’air, cet aménagement contribuerait à réduire la pollution sonore et lutter contre l’insécurité routière.

Le trafic routier est la principale source (63%) d’émissions d’oxydes d’azote (NOx) en Région bruxelloise. De nombreuses écoles de la capitale sont exposées à des concentrations en dioxyde d’azote (NO2) dépassant les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

FIN

Notes

(1) Le sondage a été réalisé par Dedicated et l’ASBL Les chercheurs d’air sur 1013 Bruxellois.es agé.es de 18 ans et plus (N= 1013). L’enquête a été réalisée en ligne entre le 11 et le 29 septembre 2023. Tout.es les répondant.es ont été recruté.es dans le strict respect des quotas sociodémographiques.

(2) Une rue scolaire piétonne est une rue qui passe devant une école et qui est fermée au trafic routier en permanence.

CONTACT

 

Pierre Dornier

Directeur, Les chercheurs d'air

pierre@leschercheursdair.be

04 96 81 52 63


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


La LEZ lutte efficacement contre la pollution de l'air

Réaction à la publication de Bruxelles Environnement concernant l’impact de la Zone de Basses-Émissions sur la qualité de l’air


Lien vers le CP de Bruxelles Environnement : https://rb.gy/x1gi9k

Pierre Dornier, Directeur de l’asbl Les chercheurs d’air, a déclaré : “Ces résultats confirment que la Zone de Basses-Émissions est un levier très puissant pour lutter contre la pollution de l’air. Cela doit servir de piqûre de rappel à nos élu.es, actuel.les et futur.es : soutenir cette mesure c’est protéger très concrètement et très efficacement la santé des Bruxellois.es. Renforçons la Zone de Basses-Émissions !

Ugo Taddei, responsable transport chez ClientEarth, a également réagi : “Les zones à faibles émissions ont un impact tangible sur les niveaux de pollution de l’air. C’est une victoire pour la santé, et pour la justice sociale. Il est prouvé que les personnes issues de ménages défavorisés sont exposées à des niveaux plus élevés de pollution, et que leur santé en est davantage impactée. Pire encore, à Bruxelles, il est peu probable que ces personnes touchées soient responsables de la pollution de l’air engendrée, au vu des chiffres sur la motorisation des ménages. Les zones à faibles émissions peuvent contribuer à corriger cette injustice.

Contexte :

La Zone de Basses-Émissions (Low Emission Zone – LEZ) a été mise en place en 2018. Entre 2018 et 2022, on note une baisse de 29% à la station de mesure Molenbeek, de 31% à la station Ixelles et de 36% à la station Arts-Loi, trois endroits représentatifs de la pollution due au transport. Les concentrations en NO2 à ces trois endroits baissaient déjà avant la création de la LEZ mais beaucoup moins rapidement (voir ici). 

La Région bruxelloise est la huitième ville européenne la plus polluée au NO2 (voir ici). La pollution de l’air y est responsable chaque année de plus de 900 morts prématurées (voir ici p26) et coûte annuellement plus d’un milliard d’euros, entre autres en frais de santé (voir ici). Pourtant, plus de la moitié des Bruxellois ne possèdent pas de voiture.

Selon l’Agence européenne pour l’environnement, les personnes issues de groupes défavorisés ont tendance à être plus affectées par les risques sanitaires liés à l’environnement, en raison de leur plus grande exposition et de leur plus grande vulnérabilité.

CONTACT

 

Pierre Dornier

Directeur

pierre@leschercheursdair.be

0496815263

Bianca Vergnaud

bvergnaud@clientearth.org

0471887095


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


Près de 400 écoles bruxelloises pourraient rapidement bénéficier d’une rue scolaire

Près de 400 écoles bruxelloises pourraient rapidement bénéficier d’une rue scolaire


Parmi les 629 écoles maternelles et primaires que compte la Région bruxelloise, 338 pourraient rapidement bénéficier d’une rue scolaire temporaire et 48 d’une rue scolaire piétonne (1). C’est la conclusion d’une nouvelle étude de l’asbl Les chercheurs d’air. Ces chiffres, publiés pour la première fois, montrent que des mesures concrètes peuvent rapidement être mises en place pour mieux protéger la santé des enfants de la pollution de l’air.

Proportion de nouvelles écoles pouvant rapidement bénéficier d’une rue scolaire temporaire et piétonne

Un rapport du bureau d’études Brat, commandé par l’asbl Les chercheurs d’air, a analysé le potentiel de fermeture de toutes les rues dans lesquelles se trouvent une entrée d’école maternelle ou primaire. Les tronçons présentant une ou plusieurs caractéristiques qui complexifient l’arrêt de la circulation ont été mises de côté. Par exemple, le passage d’un tram, la présence d’un commissariat de police ou d’emplacements de livraisons compliquent la création d’une rue scolaire à court terme.

Il ressort de cette étude que 338 écoles se situent dans des rues qui ne rencontrent pas d’obstacles majeurs à leur fermeture au trafic routier au moment de l’entrée et de la sortie des classes. Il ressort également que 48 tronçons de rues peuvent être piétonnisés à court terme. Ce sont donc près de 70% de toutes les écoles maternelles et primaires de la région qui pourraient facilement être équipées d’une rue scolaire temporaire ou piétonne.

Justine Di Prima, Chargée de Campagnes pour l’asbl Les chercheurs d’air, a déclaré : “Notre nouvelle étude montre qu’il existe un très fort potentiel de création de rues scolaires en Région bruxelloise. À court terme il pourrait facilement y en avoir dix fois plus qu’aujourd’hui. Nous demandons aux communes de s’emparer de ces résultats pour accélérer la création de rues scolaires et, ainsi, mieux protéger nos enfants de la pollution de l’air.”

Aujourd’hui, seules 43 des 629 écoles maternelles et primaires de la Région de Bruxelles-Capitale bénéficient d’une rue scolaire, soit moins de 7 %. Nous savons pourtant que cet aménagement urbain permet de faire baisser jusqu’à 23 % les concentrations en dioxyde d’azote (NO2) aux abords d’une école, en plus de réduire la pollution sonore et les risques d’accidents de la route. Étant donné que de nombreuses écoles sont exposées à des concentrations en dioxyde d’azote (NO2) qui dépassent les recommandations de l’OMS, et que les enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution de l’air, il est urgent de créer au plus vite des rues scolaires partout où c’est possible. À titre de comparaison, Londres compte 500 rues scolaires et Paris 200, dont une quarantaine sont complètement fermées à la circulation et végétalisées.

Pour rappel, en Région bruxelloise, la pollution de l’air est responsable de plus de 900 morts prématurées chaque année.

Note à l’éditeur

(1) Une rue scolaire temporaire est une rue qui passe devant une école et qui est fermée à la circulation routière au moment de l’entrée et/ou de la sortie des classes. Une rue scolaire piétonne est une rue qui passe devant une école et qui est fermée au trafic routier en permanence.

CONTACT

 

Justine Di Prima

Chargée de Campagnes

justine@leschercheursdair.be

+32 475 20 12 76


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


Bruxelles en retard sur l'électrification de ses bus

Bruxelles en retard sur l'électrification de ses bus


Une nouvelle analyse (1) publiée aujourd’hui par Clean Cities (2) montre que seuls 4,3% des bus de la STIB sont complètement électriques à ce jour. En guise de comparaison, ce chiffre monte à 67% à Oslo. L’ASBL Les chercheurs d’air rappelle l’urgence de décarboner ces bus qui parcourent des millions de kilomètres chaque année.

Le rapport, qui se focalise sur l’accès à une mobilité partagée et électrique, se base sur différents indicateurs : accès aux vélos et trottinettes partagés, aux voitures électriques partagées, aux bus électriques et aux bornes de recharge pour véhicules électriques (VE).

Si Bruxelles obtient un bon score pour l’accès à la micro-mobilité partagée et aux bornes de recharge, ça n’est pas le cas pour l’accès aux voitures électriques partagées et l’électrification des bus. Concernant ce dernier point, la région reçoit un score de 1,2 sur 10, avec seulement 4,3% des bus de la STIB qui sont 100% électriques. Une situation qui évolue très doucement, avec une électrification complète de la flotte qui n’est pas prévue avant 2035 (3).

Pierre Dornier, Directeur chez Les chercheurs d’air, a déclaré : “Les bus de la STIB ont parcouru plus de 30 millions de kilomètres en 2022, un chiffre qui va probablement augmenter dans les années à venir. Leurs moteurs diesel sont donc responsables d’une partie importante de la pollution que nous respirons à Bruxelles. Nous demandons à la STIB d’accélérer l’électrification de sa flotte.

D’autres villes européennes devancent largement Bruxelles dans ce domaine. Le meilleur élève est la ville d’Oslo, dont 67% de la flotte est électrifiée. Mais, concernant l’électrification des bus, les dix premières villes du classement comprennent également des noms plus inattendus, notamment Sofia, Milan, Glasgow et les trois villes de Gdańsk, Gdynia et Sopot en Pologne.

Pierre Dornier a réagi : “Bruxelles peut et doit suivre l’exemple des villes européennes les plus en avance sur l’électrification des bus. Cette technologie permet non seulement de lutter efficacement contre la pollution de l’air, mais également contre le bruit et les émissions de CO2. C’est une question de santé publique et d’urgence climatique.

Le 28 avril dernier, la Commission Européenne annonçait que Bruxelles était sélectionnée parmi les 100 villes qui deviendraient “neutres pour le climat d’ici 2030” (4). Suite à cette décision, la Région devrait notamment pouvoir compter sur du financement pour assurer cette transition. L’accès à des transports en commun 100% électriques est clé dans la lutte contre la pollution de l’air et la transition vers des villes neutres pour le climat.

Trois autres villes belges figurent également au classement européen : Anvers, Gand et Liège. Liège en particulier réalise un très mauvais score et figure en fin de classement, à la 35ème position, tous indicateurs confondus.

Notes aux éditeurs

(1) Le briefing et le rapport complet sont disponibles sur ce lien
(2) Le site de la campagne est disponible sur ce lien
(3) Voir le site de la STIB : https://stibstories.be/2022/12/08/bus-electriques-stib-vers-une-flotte-100-verte/
(4) Plus d’informations sur cette sélection et ce que ça signifie pour Bruxelles dans cet article

CONTACT

 

Pierre Dornier

Directeur, Les chercheurs d'air

pierre@leschercheursdair.be

0496 81 52 63

Pour toutes questions techniques relatives au classement réalisé par Ricardo :

 

Martin Baierl

Data Analyst, Clean Cities Campaign

martin.baierl@cleancitiescampaign.org


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


Révision de la Directive Européenne sur la qualité de l’air : la Belgique doit se montrer ambitieuse

Révision de la Directive Européenne sur la qualité de l’air : la Belgique doit se montrer ambitieuse


Le 20 juin prochain les Ministres européens de l’environnement se rassembleront pour discuter de la proposition de nouvelle Directive européenne sur la qualité de l’air. Les associations environnementales et de la santé se sont rassemblées et appellent nos ministres Zuhal Demir, Céline Tellier et Alain Maron à définir une position ambitieuse de la Belgique pour protéger la santé et l’environnement.

Impact considérable de la pollution de l’air

Il est aujourd’hui largement démontré que la pollution atmosphérique représente une charge considérable et évitable sur notre société.

Selon les données de Sciensano, 9 Belges sur 10 sont exposé.e.s à des concentrations en particules fines (PM2.5) supérieures à celles préconisées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). De son côté, l’Agence Européenne de l’Environnement estime que 7500 morts prématurés par an sont imputables à la pollution atmosphérique.

Pauline Dessard de CANOPEA explique: “La pollution de l’air est à l’origine de diverses maladies et problèmes sanitaires. Elle est particulièrement problématique pour les personnes vulnérables, comme les personnes âgées, les enfants et les femmes enceintes, chez qui une exposition pourrait conduire à des complications sanitaires beaucoup plus graves. Une étude belge publiée l’année passée dans The Lancet a démontré que les particules de Black Carbon (carbone noir) pouvaient passer la barrière placentaire et se retrouver dans les organes du fœtus.”

La pollution de l’air a aussi un grand impact sur notre sécurité sociale, explique Christian Horemans des Mutualités Libres : “ Outre son impact important sur notre organisme, particulièrement le fonctionnement de notre système respiratoire et cardio-vasculaire, elle entraîne une augmentation des incapacités de travail, dues principalement à l’augmentation de maladies mentales telles que la dépression. Cela représente inévitablement des coûts importants pour l’assurance maladie-invalidité. Ainsi, et comme démontré dans l’étude d’impact de la Commission Européenne, les bénéfices des mesures pour améliorer la qualité de l’air outrepassent largement les coûts.

Bon pas en avant, mais encore insuffisant

Les trois régions discutent actuellement la position que la ministre Zuhal Demir portera pour le pays lors du Conseil des ministres européens du 20 juin. Les associations environnementales et le secteur de la santé appellent la Belgique à faire preuve de plus d’ambition que ce qui est maintenant proposé dans le texte de la Commission Européenne.

« La proposition de la Commission va dans la bonne direction. Cependant pour certains polluants, comme les particules fines (PM2.5) et le dioxyde d’azote (NO2), les valeurs limites proposées sont deux fois moins ambitieuses que celles de l’OMS. Et ce, alors que les valeurs recommandées par l’OMS sont essentielles pour protéger la santé des citoyens », précise Christian Horemans des Mutualités Libres.

C’est pourquoi, les organisations de la société civile, dont CANOPEA, Greenpeace, les Chercheurs d’air et les mutualités demandent aux ministres belges de l’environnement de faire de la lutte contre la pollution de l’air une priorité et de se présenter à la table des négociations européennes avec une position forte.

Concrètement, voici les 4 recommandations de cette coalition :

  1. D’ici 2030, les normes de qualité de l’air de l’UE doivent être complètement alignées sur les recommandations de l’OMS et les dernières données scientifiques.
  2. L’information disponible au public sur la qualité de l’air doit être améliorée, notamment en y incluant un message sanitaire clair et transparent à destination des publics vulnérables.
  3. Le réseau de surveillance de la pollution atmosphérique doit être renforcé, en augmentant la densité et représentativité des stations de mesure et en intégrant les données collectées par la science citoyenne.
  4. Les nombreuses possibilités de report doivent être supprimées afin que les États membres ne disposent plus d’échappatoires lorsqu’ils ne respectent pas les normes de qualité de l’air.

Des mesures connues

Les organisations environnementales et de la santé affirment que les mesures visant à ramener le niveau de qualité de l’air en Belgique au niveau recommandé par l’OMS sont connues, efficaces et réalistes.

Elles demandent au gouvernement de faire davantage pour aider les citoyens à rationaliser l’utilisation de la voiture. Cela passe par la mise en place d’un ensemble de mesures cohérentes, comme investir dans les transports publics et les infrastructures pour les modes actifs (marche et vélo), des réformes fiscales intelligentes qui orientent le choix vers des véhicules non-émetteurs et favorisent la réduction de l’utilisation de la voiture, et la mise en place de zone à émission nulle dans les régions à forte densité. Toutes ces mesures s’accompagnent de corrections socio-économiques importantes pour les personnes à faible revenu qui ont besoin de leur voiture pour leurs déplacements. Les avantages de ces mesures ont été démontrés dans une étude menée par Clean Cities et Transport & Environment.

Les associations demandent aussi la mise en place de mesures supplémentaires et socialement justes dans d’autres secteurs, comme le chauffage (au bois) dans le secteur résidentiel, l’agriculture et l’industrie lourde, qui contribuent aussi significativement à l’émission de particules fines et dioxyde d’azote.

Pauline Dessard de CANOPEA conclut : “ Il y a énormément de co-bénéfices entre la qualité de l’air, la santé et le climat. C’est pourquoi, nous demandons à nos ministres de placer enfin l’habitabilité de nos villes et villages au cœur de leur préoccupations politiques.”

FIN

Signataires : Canopea, BBL, BRAL, Greenpeace, Recht op lucht, Les chercheurs d’air, CleanCities, Les mutualités libres, Kom op tegen Kanker, Les mutualités neutres, Les mutualités libérales, Les mutualités Solidaris

CONTACT

 

Pauline Dessard

Chargée de mission Santé-Environnement, CANOPEA

p.dessard@canopea.be

0493673802

Christian Horemans

Département de la représentation et des études, Mutualités Libres

christian.horemans@mloz.be

0473881749


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


Réaction presse - Une nouvelle rue scolaire totalement aménagée à Jette

Une nouvelle rue scolaire totalement aménagée à Jette


Ce vendredi 9 juin aura lieu l’inauguration de la deuxième rue scolaire de la commune de Jette. Les abords de l’école Prés Verts seront libérés du trafic motorisé à l’arrivée et à la sortie des élèves. Ils ont également été entièrement aménagés pour accueillir la mobilité active et permettre davantage de convivialité. L’asbl Les chercheurs d’air se réjouit de cette initiative.

Pour Justine Di Prima, Coordinatrice de campagnes pour l’asbl Les chercheurs d’air : “Une nouvelle rue scolaire est toujours un pas vers une meilleure qualité de l’air. La rue scolaire du Chemin des moutons se distingue d’autres rues scolaires par un aménagement de qualité : bancs, revêtement perméable, voirie de plain pied, parking vélos, etc. Cependant, ce Chemin étant peu emprunté, nous encourageons la commune de Jette à le rendre définitivement piéton.”

En effet, le Chemin des moutons mène à un peu plus d’une centaine de jardins partagés. L’école est divisée en deux bâtiments situés, de part et d’autre de ce chemin sans habitation. Une charte a été établie entre les différents acteurs (1) du lieu pour suivre le bon déroulement du projet.

Pour rappel, l’Agence européenne pour l’environnement recommande dans son nouveau rapport que les rues et lieux fréquentés par les enfants soient protégés de la pollution émise par le trafic motorisé (2).

FIN

Notes à l’éditeur : 

(1) La commune de Jette, la VUB, les maraîchers des Jardins communautaires

(2) Pour rappel, les enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution de l’air : leur organisme est en plein développement, ils respirent plus rapidement et à proximité des pots d’échappement. De plus, ils font davantage d’activités physiques extérieures (récréation, etc.) qui les exposent à la pollution atmosphérique.

CONTACT

 

Justine Di Prima

Coordinatrice de campagnes

justine@leschercheursdair.be

0475 20 12 76


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


La zone zéro émission permettrait d’obtenir une très bonne qualité de l’air à Bruxelles

La zone zéro émission permettrait d’obtenir une très bonne qualité de l’air à Bruxelles


Bruxelles, le 17 mai 2023 – Une nouvelle étude commanditée par la campagne Clean Cities montre que la mise en place de la zone zéro émission Bruxelloise d’ici 2030 permettrait de se rapprocher de la recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en matière de pollution au NO2, même dans les endroits les plus pollués (1). Au vu du danger représenté par cette pollution, l’asbl Les chercheurs d’air appelle à une accélération de l’actuel calendrier de la zone de basses émissions.

L’analyse s’est intéressée au carrefour Arts-Loi, une des stations de mesure enregistrant les niveaux de pollution les plus élevés dans la région. Elle a conclu qu’avec une zone zéro émission, c’est-à-dire un périmètre réservé à la mobilité active (marche, vélo, etc.) ou électrique, la concentration en dioxyde d’azote (NO2) pourrait être réduite à une moyenne annuelle de 13,6µg/m3 à cette station, soit juste au-dessus de la recommandation de l’OMS (de 10µg/m3) (2), et ce sans même prendre en compte les réductions d’autres sources de pollution. L’intersection Arts-Loi étant l’un des endroits les plus pollués de Bruxelles (en 2022, la concentration moyenne en NO2 y était de 36µg/m3 (3)), des niveaux encore plus bas pourraient être atteints ailleurs.

L’étude montre également l’importance d’une sortie de tous les véhicules thermiques, même les plus récents, pour atteindre une très bonne qualité de l’air : dans un scénario où seuls les derniers modèles diesel et essence (EURO 6d et 6d-Temp) sont autorisés à rouler, la concentration moyenne serait de 26µg/m3.

Pierre Dornier, Directeur de l’asbl Les chercheurs d’air, a déclaré : “Cette étude est un nouveau rappel que la mise en place de la zone zéro émission améliorera grandement la qualité de l’air à Bruxelles. Chaque année, plus de 900 Bruxellois.es meurent prématurément à cause de la mauvaise qualité de l’air. N’attendons pas 2036 pour réserver nos rues à la mobilité active ou électrique !

L’étude s’est également penchée sur d’autres villes en Europe. Dans les 6 villes étudiées, des zones zéro émission pourraient presque éliminer le NO2 émis par le trafic local. Ces réductions vont de -91 % à Milan à -95 % à Bruxelles, par rapport au renouvellement naturel du parc de véhicules.

À l’heure actuelle, Bruxelles a prévu la mise en place d’une zone zéro émission d’ici 2036, soit 6 ans plus tard que le scénario de cette recherche. La pollution atmosphérique est à l’origine d’au moins 270 000 décès prématurés chaque année en Europe, dont 1 200 enfants et adolescents. Elle peut affecter presque tous les organes du corps et est associée à une liste stupéfiante de problèmes de santé, notamment l’asthme et les retards de croissance pulmonaire chez les enfants, le cancer du poumon et les maladies cardiaques (3).

Cette modélisation intervient alors que les membres du Parlement européen s’apprêtent à voter sur une proposition de la Commission visant à abaisser les limites légales de la pollution atmosphérique (4).

FIN

Notes aux éditeurs
(1) Le lien vers le briefing se trouve ici
(2) Les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé ont été révisées et publiées en septembre 2021. L’OMS a déterminé que les niveaux de dioxyde d’azote ne devaient pas dépasser 10ug/m3 en moyenne annuelle, si on veut réduire l’impact de la pollution de l’air sur la santé. Ces niveaux sont déterminés sur base des dernières recherches scientifiques et médicales.
(3) Les données sont disponibles ici sur le site de Irceline.
(4) La dernière publication de l’Agence Européenne de l’Environnement est disponible ici.
(5) La proposition actuelle de la Commission Européenne concernant la révision de la directive sur la qualité de l’air ambiant (DQA) ne s’aligne pas sur les recommandations de l’OMS et ne tient pas compte de l’impact de l’introduction de zones à faibles émissions (LEZ) et de zones zéro émission (ZEZ). Le vote du Parlement Européen est prévu pour le 10 juillet.

CONTACTS

 

Pierre Dornier

Directeur, Les chercheurs d'air

pierre@leschercheursdair.be

+32 496 81 52 63

Pour toutes les questions techniques relatives à l'étude réalisée par Air Quality Consultants Ltd :

 

Jens Mueller

Head of Policy & Research, Clean Cities Campaign

jens.mueller@cleancitiescampaign.org

+32 488 367 353


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


Réaction presse - Création du premier quartier scolaire de la Région bruxelloise

Création du premier quartier scolaire de la Région bruxelloise


Ce lundi 15 mai, la Ville de Bruxelles inaugure le premier quartier scolaire de la Région de Bruxelles-Capitale dans le quartier du Triangle à Laeken. L’objectif de cet aménagement est de limiter le trafic motorisé aux abords de 6 écoles et 3 crèches (1). L’asbl Les chercheurs d’air se réjouit de cette initiative mais demande à la Ville plus d’ambition.

Justine Di Prima, Coordinatrice de campagnes pour Les chercheurs d’air déclare : “Penser la mobilité du quartier pour les enfants et leurs écoles est une excellente approche. En effet, la création de ce premier quartier scolaire bruxellois devrait permettre à plus de 2500 élèves de respirer un air de meilleure qualité. Il est cependant dommage qu’aucune rue ne devienne piétonne, ce qui aurait permis de mieux protéger les enfants de la pollution et des accidents, tout en créant plus d’opportunités de végétalisation.”

La création de quartiers apaisés et de quartiers scolaires permet de limiter les dangers rencontrés quotidiennement par les enfants : bruit, accidents de la route et pollution. Concernant ce dernier point, l’Agence européenne pour l’environnement recommande dans son nouveau rapport que les rues et lieux fréquentés par les enfants soient protégés de la pollution émise par le trafic motorisé (2).

FIN 

Notes à l’éditeur :

(1) Ecole maternelle Emile Bockstael, Ecole primaire Emile Bockstael, Athénée Emile Bockstael, Institut Maris Stella-Saint Lambert, Kakelbontschool, Institut Maris Stella secondaire, Eco-crèche communale Reper-Vreren, Eco-crèche communale Emile Bockstael, Eco-crèche communale Heysel.

(2) Pour rappel, les enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution de l’air : leur organisme est en plein développement, ils respirent plus rapidement et à proximité des pots d’échappement. De plus, ils font davantage d’activités physiques extérieures (récréation, etc.) qui les exposent à la pollution atmosphérique.

CONTACT

 

Justine Di Prima

Chargée de campagnes

justine@leschercheursdair.be

0475 20 12 76


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici


16 écoles bruxelloises se mobilisent pour plus de rues scolaires

16 écoles bruxelloises se mobilisent pour plus de rues scolaires


Ce vendredi 21 avril, plus de 1000 parents et enfants se sont mobilisés devant 16 écoles (1) de la Région bruxelloise pour demander plus de rues scolaires (2) et des abords d’écoles plus sûrs. 

Cette action a été coordonnée par l’asbl Les chercheurs d’air à l’occasion de la campagne européenne #StreetsForKids de Clean Cities (3). Cette édition a compté le double de participant.es par rapport à celle organisée fin 2022.

Au cours de cette journée, deux rues (4) ont été complètement fermées à la circulation. De nombreuses activités festives ont été organisées devant les 16 écoles participantes : végétalisation de l’espace public, vélobus vers l’école, jeux de rue ou encore moments de sensibilisation accompagnés de petits déjeuners et de goûters. Plusieur.es élu.es, dont Fabrice Cumps (bourgmestre d’Anderlecht), Guy Wilmart (échevin de l’Enseignement FR à Anderlecht), Arnaud Verstraete (député régional), Adélaïde Byttebier (échevine de la Mobilité à Schaerbeek) et Vincent Vanhalewyn (1er échevin de la commune de Schaerbeek), étaient présent.es. 

Le constat posé par Les chercheurs d’air est que la Région bruxelloise manque de rues scolaires et que leur nombre augmente bien trop lentement. En effet, selon leur inventaire mis à jour aujourd’hui, en un an, seules 6 rues scolaires ont été créées dans les 19 communes (5). Cela porte à 39 le nombre d’écoles fondamentales bénéficiant d’une rue scolaire (soit 7%). C’est insuffisant. 

Justine Di Prima, Coordinatrice de campagnes chez Les chercheurs d’air, a dit : “Cette nouvelle mobilisation #StreetsForKids prouve que de plus en plus de parents veulent des rues scolaires de qualité, c’est-à-dire piétonnes et végétalisées, pour protéger leurs enfants de la pollution de l’air. Plusieurs  écoles sont situées dans des rues dont la qualité de l’air est jugée médiocre voire exécrable par Bruxelles Environnement. Les communes doivent réagir et prioriser la création de nouvelles rues scolaires. La balle est dans leur camp.”

Plusieurs études récentes (6) ont montré qu’un grand nombre d’écoles bruxelloises sont exposées à des concentrations en dioxyde d’azote (NO2) qui dépassent les recommandations de l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS). Nous savons également que les enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution de l’air (7) et qu’ils passent environ la moitié de l’année à l’école (8). Les rues scolaires étant un moyen efficace de lutter contre le NO2 (9), un gaz émis principalement par le trafic routier, il est donc anormal qu’il y en ait si peu à Bruxelles. Enfin, les rues scolaires, en plus d’aider à lutter contre la pollution de l’air, permettent également de réduire la pollution sonore et de faire baisser le nombre d’accidents de la route autour des écoles. 

Notes :

(1) Les actions ont eu lieu devant les écoles suivantes : Institut Saint Boniface Parnasse (1050 Ixelles), École européenne de Bruxelles IV (1020 Laeken), Instituut Heilige Familie (1030 Schaerbeek), Le Petit Scherdemael (1070 Anderlecht), Ecole primaire Scherdemael (1070), Paradis des enfants (1040 Etterbeek), Parkschool (1190 Forest), Unescoschool (1081 Koekelberg), Basisschool Comenius (1081 Koekelberg), Sint-Lutgardis (1083 Ganshoren), Ecole communale Clair-Vivre (1140 Evere), Centre Scolaire du Souverain (1160 Auderghem), Ecole communale Les Aigrettes (1170 Watermael-Boitsfort), Ecole communale du Centre (1180 Uccle), Ecole primaire du Collège Saint-Pierre (1180 Uccle), Basisschool Voorzienigheid (1200 Woluwe-Saint-Lambert)

(2) Une rue scolaire est une rue qui passe devant une école et qui est fermée au trafic routier, au moins au moment de l’entrée et de la sortie des classes.

(3) Cette mobilisation s’inscrit dans le cadre du mouvement européen #StreetsForKids coordonné par la Clean Cities Campaign. A l’occasion de ces journées européennes, des actions pour demander plus de rues scolaires auront lieu dans plusieurs villes européennes. Plus d’informations sur la campagne et les actions sont disponibles sur ce site

(4) Les rues suivantes ont été rendues piétonnes pour l’occasion : Rue Goffart, 1050 Ixelles et Avenue Camille Vaneukem à 1070 Anderlecht.

(5) Tous les 6 mois, l’asbl Les chercheurs d’air actualise un inventaire des écoles bénéficiant d’une rue scolaire en Région de Bruxelles-Capitale.

(6) Étude #LesChercheursDair qui a mesuré les concentrations en NO2 dans 70 écoles bruxelloises en Région bruxelloise de Novembre 2020 à Octobre 2021 et étude Curieuzenair qui a mesuré la qualité de l’air dans près de 3000 lieux à Bruxelles.

(7) Rapport Unicef – Pour chaque enfant un air pur. Les effets de la pollution de l’air en ville sur les enfants.

(8) Soit entre 175 et 184 jours de cours par année scolaire dans l’enseignement néerlandophone et francophone.

(9) À Londres, par exemple, cet aménagement urbain à permis de faire baisser les concentrations en NO2 jusqu’à 23%.

CONTACTS

 

Justine Di Prima

Les chercheurs d'air

justine@leschercheursdair.be

+32 475 20 12 76

 

Marie-Charlotte Debouche

Clean Cities Campaign

marie-charlotte.debouche@cleancitiescampaign.org

+32 490 57 43 45


Abonnez-vous à notre newsletter pour être tenu.e au courrant de nos actions une fois par mois

Cliquez ici