Nos rues doivent être réservées à la mobilité zéro émission d'ici à 2030

Les zones de basses émissions (ZBE) sont un moyen efficace de lutter contre la pollution de l’air en ville, comme le montre une nouvelle analyse de l’ONG Transport & Environment. A Madrid par exemple la ZBE a permis de réduire les concentrations en NO2 de 32% entre juin 2018 et juin 2019.

A Bruxelles, où le transport est responsable de 30% des émissions de particules fines PM2.5 et 69% des émissions de NO2 [1], la mise en place d’une ZBE montre également des résultats encourageants [2].

Mais face à l’urgence sanitaire que représente la pollution de l’air, nos villes doivent maintenant être réservées à la seule mobilité durable : piétons, cyclistes, transports en commun ainsi que voitures, camionettes et camions électriques.

Pierre Dornier, du collectif citoyen Les chercheurs d’air, a dit “La pollution de l’air tue, même à court terme, même à faible concentration. Tous les outils qui permettent de lutter contre ce fléau doivent être utilisés sans plus attendre. La mise en place d’une zone zéro émission en fait partie. Nous demandons donc que les rues de Bruxelles soient réservées à la seule mobilité durable d’ici à 2030 au plus tard.

Afin que cette transition ne se fasse pas aux dépens des plus défavorisés ou des personnes qui ont besoin d’un véhicule en ville il est primordial que les aides pour abandonner son véhicule thermique soient augmentées et que des alternatives sérieuses à la voiture individuelle soient mises en place.

Notes :

[1] https://environnement.brussels/thematiques/air-climat/qualite-de-lair/les-emissions-de-polluants-qui-affectent-la-qualite-de-lair

[2] https://environnement.brussels/news/decouvrez-le-premier-bilan-encourageant-de-la-zone-de-basses-emissions